Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection

FR | EN
Compte

Non respect du délai d’indisponibilité du turbo-alternateur de secours

Publié le 13/06/2017

Centrale nucléaire de Chooz B - Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 7 juin 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Chooz B a déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire un évènement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la conduite à tenir associée à l’indisponibilité du turbo-alternateur de secours du réacteur n°1.

La centrale nucléaire de Chooz est alimentée en électricité par deux lignes à très haute tension du réseau électrique national. En cas de défaillance de ces alimentations externes, les deux réacteurs du site sont chacun équipés de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel et le site dispose en outre d’un autre groupe électrogène de secours capable d’alimenter l’un ou l’autre des réacteurs. En cas de perte totale des alimentations électriques, y compris des groupes électrogènes de secours, sur chaque réacteur un turbo-alternateur de secours, actionné par la vapeur des générateurs de vapeur, assure l'alimentation électrique des équipements minimaux de conduite du réacteur, de l'éclairage d'ultime secours et de la pompe d’injection aux joints des groupes motopompes primaires.

Le 21 mai 2017, lors du redémarrage du réacteur 1 à l’issue de son arrêt pour maintenance et rechargement de combustible, l’exploitant de la centrale de Chooz a réalisé un premier essai, à basse pression dans les générateurs de vapeur, permettant de vérifier le bon fonctionnement du turbo-alternateur de secours. Celui-ci a permis de détecter une accélération anormale de la turbine conduisant l’exploitant à effectuer des réglages afin de lever l’anomalie le 22 mai.

Le 25 mai 2017, un deuxième essai, réalisé à haute pression dans les générateurs de vapeur, met à nouveau en évidence une accélération trop rapide de la turbine du turbo-alternateur, ce qui a conduit l’exploitant à déclarer le matériel indisponible. Une reprise des réglages a permis de retrouver la disponibilité de l’équipement le 27 mai 2017 à 1h25.

A l’issue d’une analyse approfondie de l’événement, l’exploitant s’est aperçu que le réglage réalisé à basse pression n’était pas approprié pour un fonctionnement à haute pression et remettait en cause la disponibilité du turbo-alternateur depuis le niveau de pression atteint le 22 mai 2017 à 23h30. La durée de l’indisponibilité de ce matériel est donc estimée a posteriori à quatre jours alors que les règles générales d’exploitation imposaient de réagir dans un délai de trois jours.

Cet événement n’a toutefois pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs, le recours au turbo-alternateur de secours n’ayant pas été nécessaire.

En raison de la détection tardive du non respect de la conduite à tenir en cas d’indisponibilité du turbo-alternateur de secours, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 19/06/2017