Non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly

Publié le 29/05/2019

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 21 mai 2019, l’exploitant de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur 1 à la suite de la perte des protections d’un tableau électrique alimentant des matériels nécessaires à la sûreté du réacteur.

Sur les réacteurs exploités par EDF, les systèmes dits « de sauvegarde » sont utilisés en cas d’incident ou d’accident pour refroidir le cœur du réacteur. Ces systèmes de sauvegarde sont alimentés, via des tableaux électriques, par le réseau électrique national et peuvent être secourus, si besoin, par l’un des groupes électrogènes de secours installés sur la centrale nucléaire. Les tableaux électriques disposent de dispositifs de protection tels que des disjoncteurs ou des relais électromagnétiques, afin d’éviter qu’un court-circuit ne les endommage.

Le 10 mai 2019, le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly était en exploitation lorsque qu’un dispositif de protection d’un tableau électrique s’est désactivé de manière fortuite. L’exploitant n’a toutefois pas été en mesure d’identifier rapidement l’ensemble des matériels alimentés par ce tableau électrique. Après caractérisation, il s’avère que les spécifications techniques d’exploitation imposaient d’amorcer le repli du réacteur sous une heure à compter de la désactivation du dispositif de protection. Compte tenu du temps d’analyse nécessaire, le repli du réacteur n’a été amorcé qu’au bout d’une heure et quarante-six minutes.

Durant l’événement, le tableau électrique n’était pas en mesure d’assurer pleinement sa fonction car, bien qu’il puisse alimenter effectivement des matériels de sauvegarde, il n’était pas complètement protégé contre les courts-circuits. Les matériels de sauvegarde alimentés par ce tableau électrique ont néanmoins toujours été alimentés par d’autres tableaux qui sont restés pleinement opérationnels.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté liée aux fonctions support du réacteur.

En raison du non-respect d’une règle permanente d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 29/05/2019