Non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur

Publié le 31/10/2017

Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 27 octobre 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Gravelines a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif pour la sûreté, relatif au non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur n° 5 concernant la disponibilité d’un circuit de refroidissement.

Le circuit d’eau brute secourue (SEC) permet de refroidir un autre circuit, appelé circuit de refroidissement intermédiaire (RRI), qui assure le refroidissement des matériels important pour la sûreté du réacteur. C’est un circuit dit « de sauvegarde » constitué de deux voies redondantes, comportant chacune deux pompes et deux échangeurs de chaleur. Le circuit SEC contribue également, en fonctionnement normal et en cas de mise à l’arrêt du réacteur, au refroidissement d’un certain nombre d’autres équipements, tels que les pompes primaires ou la piscine de stockage du combustible. L’efficacité des échangeurs pouvant diminuer du fait de phénomènes d’encrassement, les spécifications techniques d’exploitation prévoient qu’une des deux voies redondantes puisse être rendue indisponible afin de procéder au nettoyage des échangeurs. Elles prescrivent également que la durée totale d’indisponibilité des deux voies, cumulée sur une année, ne peut dépasser 18 jours.

Le 15 octobre 2017, le réacteur n° 5 était en exploitation, lorsqu’EDF a constaté une fuite d’eau sur une tuyauterie d’une des deux voies du circuit d’eau brut secourue (SEC). Du fait de l’impossibilité de réparer cette fuite dans un délai court, l’exploitant a procédé à la mise à l’arrêt du réacteur le 20 octobre 2017.

Les opérations de réparation ont conduit à rendre indisponible cette voie du circuit SEC pendant 4 jours. Cette durée d’indisponibilité, cumulée à celle associée aux nettoyages des échangeurs déjà réalisés depuis le début de l’année 2017, a conduit à dépasser la durée totale d’indisponibilité autorisée par les spécifications techniques d’exploitation.

Après réparation de la fuite, l’exploitant a adressé à l’ASN une demande de modification temporaire des spécifications techniques d’exploitation afin de pouvoir continuer le nettoyage des échangeurs du circuit SEC, au-delà de la limite autorisée par les spécifications techniques d’exploitation, jusqu’à la fin de l’année 2017.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs. Il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES en raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 31/10/2017