Non-respect des règles générales d’exploitation lors d’essais de fonctionnement sur un tableau électrique

Publié le 11/10/2016

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 20 septembre 2016, l'exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect des règles générales d’exploitation lors de la réalisation d’un essai périodique de bon fonctionnement sur un tableau électrique du réacteur n° 2.

Les matériels importants pour la sûreté des réacteurs d’EDF disposent d’automatismes dont le bon fonctionnement de l’alimentation électrique est contrôlé. En effet, un défaut d’isolement qui apparaitrait sur les tableaux d’alimentation électrique pourrait entrainer un dysfonctionnement des automatismes. Une alarme est donc associée à l’apparition de ce défaut d’isolement pour alerter les opérateurs en salle de commande. Ils doivent alors suivre des règles de conduite définies par le référentiel de sûreté de l’installation.

Le 14 septembre 2016, alors que le réacteur n° 2 est en arrêt programmé pour renouvellement d’une partie du combustible depuis le 3 septembre, les activités de déchargement de combustibles sont en cours et, en parallèle, un système de détection de défaut d’isolement est testé par l’exploitant dans le cadre d’un essai périodique. Cependant, cet essai entraîne l’indisponibilité de la détection de défaut d’isolement des systèmes électriques alimentant les automatismes de matériels importants pour la sûreté et le non report de l’information d’un potentiel défaut en salle de commande. Or, dans cette configuration, les règles d’exploitation n’autorisent pas des manutentions de combustibles.

Le 16 septembre 2016, lors de la remise en fonctionnement du système de détection testé, l’exploitant identifie, a posteriori, le non-respect des règles d’exploitation.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur la sûreté des installations, sur l’environnement et la sécurité du personnel mais constitue un écart aux règles générales d’exploitation.

Compte tenu du délai écoulé entre l’écart de conduite à tenir et sa détection, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 11/10/2016