Non-respect des dispositions règlementaires en matière de protection contre le risque d’explosion d’origine externe

Publié le 10/06/2020

Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 28 mai 2020, l’exploitant de la centrale nucléaire de Gravelines a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif pour la sûreté relatif au risque de perte du refroidissement à long terme des réacteurs en cas d’explosion externe.

Les stations de pompage de la centrale nucléaire de Gravelines contiennent des matériels nécessaires au refroidissement des réacteurs, notamment des pompes et des tambours filtrants permettant le prélèvement et la filtration de l’eau de mer.

Le 11 février 2020, EDF a informé l’ASN de la détection d’un écart affectant les moteurs des tambours filtrants de la source froide des six réacteurs de la centrale nucléaire de Gravelines. En cas d’explosion à proximité de la centrale nucléaire, cet écart pourrait conduire à perdre les moyens de refroidissement à long terme du combustible des six réacteurs de la centrale nucléaire de Gravelines.

Cet écart est consécutif à une erreur de conception lors de la prise en compte des dispositions des décrets d’autorisation de création des réacteurs et de la décision n° 2015-DC-0518 de l’ASN du 20 août 2015. Du fait de l’environnement industriel autour de la centrale nucléaire de Gravelines, notamment de la présence du terminal méthanier de Dunkerque, ces textes disposent que la centrale nucléaire doit pouvoir faire face à une explosion d’origine externe de forte intensité.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. En tenant compte, d’une part, de la faible probabilité d’une explosion d’origine externe de forte intensité mais, d’autre part, du fait que l’écart affecte la fonction de sûreté liée au refroidissement des six réacteurs, l’ASN classe cet événement au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

En attendant la modification complète de ses installations, EDF a mis en place des mesures compensatoires matérielles et organisationnelles afin de rendre plus robustes les installations de la centrale nucléaire de Gravelines en cas de survenue d’une explosion d’origine externe.

EDF a déjà modifié ses installations pour le réacteur 5, afin de traiter cet écart, et s’est engagée à le faire avant le 31 octobre 2020 pour les cinq autres réacteurs de la centrale nucléaire de Gravelines. L’ASN a néanmoins décidé d’encadrer le délai de résorption de cet écart par une mise en demeure.

Publié le 10/06/2020

Décisions de l'ASN

Décision n° CODEP-DCN-2020-030395 de l’ASN du 4 juin 2020

Décision n° CODEP-DCN-2020-030395 de l’ASN du 4 juin 2020 portant mise en demeure d’Électricité de France (EDF) de se conformer aux dispositions relatives à la protection contre le risque d’explosion d’origine externe applicables à la centrale nucléaire de Gravelines (INB 96, 97 et 122)

Publié le 27/08/2015

Décisions de l'ASN

Décision n° 2015-DC-0518 de l’ASN du 20 août 2015

Décision n° 2015-DC-0518 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 20 août 2015 fixant des prescriptions relatives à la maîtrise des risques liés au terminal méthanier de Dunkerque et aux transferts d’effluents liquides non radioactifs des installations nucléaires de base n° 96, n° 97 et n° 122 exploitées par Électricité de France – Société Anonyme (EDF-SA) dans la commune de Gravelines (département du Nord)

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 10/06/2020