Non-respect des conditions de mise en œuvre du trifluorure de chlore (ClF3) lors des opérations de macérations de la cascade de diffusion gazeuse

Publié le 04/10/2013

L'usine Georges Besse de séparation des isotopes de l'uranium par diffusion gazeuse - Transformation de substances radioactives - Eurodif

EURODIF PRODUCTION a déclaré à l’ASN le 30 septembre 2013 un événement significatif relatif à une anomalie impliquant du trifluorure de chlore (ClF3) lors des opérations de macération de la cascade de diffusion gazeuse de l’usine Georges BESSE, dans le cadre du projet PRISME (Projet de Rinçage Intensif Suivi de la Mise sous air d’Eurodif).

Depuis l’arrêt de production en juin 2012 et après une phase de surveillance, l’usine Georges BESSE, exploitée par EURODIF PRODUCTION, fait l’objet d’opérations de préparation à la mise à l’arrêt définitif pour faciliter les conditions du futur démantèlement.

Le ClF3 est utilisé pour récupérer l’hexafluorure d’uranium (UF6) piégé sous forme solide dans les diffuseurs de l’usine. Le ClF3 est une substance toxique, corrosive, comburante et dangereuse pour l’environnement. Il réagit, plus particulièrement sous forme liquide, de façon extrêmement vive avec de nombreux composés, notamment les matières organiques, et peut être la cause d’incendies et d’explosions.

Le 26 septembre 2013, lors de l’extraction d’un mélange d’UF6 et de ClF3 d’un diffuseur, le ClF3 qui aurait dû rester gazeux s’est condensé dans un équipement, du fait du non respect de la procédure. En raison des risques présentés par le ClF3 liquide, la pression et la température auraient dû être maîtrisées pour prévenir la condensation du ClF3.

Dès la détection de l’anomalie, EURODIF PRODUCTION a mis hors service l’équipement concerné. Aucune réaction chimique ne s’étant produite, l’événement n’a pas eu de conséquence sur les travailleurs, l’environnement ou le public.

Les manipulations de ClF3 sont aujourd’hui interrompues et ne seront reprises qu’après une analyse approfondie des causes de l’événement, la mise en place d’actions correctives et de vérifications complémentaires adaptées qui devront être préalablement présentées à l’ASN.

En raison de la sortie du domaine de fonctionnement autorisé pour l’installation et d’un défaut de culture de sûreté, cet événement est classé au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 24/01/2014