Non-respect d’une règle d’entreposage d’un fût de déchets radioactifs

Publié le 08/11/2019

Installation d'assainissement et de récupération de l'uranium (SOCATRI) - Usine - Orano Cycle

La société Orano Cycle a déclaré le 6 novembre 2019 à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif relatif à la maîtrise du risque de criticité[1] sur un entreposage de fûts de déchets de l’INB no138.

L’installation d’assainissement et de récupération de l’uranium (IARU) est dédiée à la réparation, la décontamination et le démantèlement de matériels industriels ou nucléaires, au traitement d’effluents liquides radioactifs et industriels et au traitement et conditionnement de déchets radioactifs.

L’installation comporte des entreposages de fûts de déchets radioactifs. Afin de prévenir les risques de criticité, un ingénieur criticien doit valider l’introduction des fûts dans les entreposages après double vérification du respect de la limite de masse d’uranium 235. Le 4 novembre 2019, à l’issue d’une vérification par l’exploitant du respect des exigences de sûreté et de criticité applicables aux entreposages, il a été identifié plusieurs fûts sur lesquels la validation de l’ingénieur criticien n’avait pas été réalisée.

Dès la détection de cet écart documentaire, une vérification du respect des limites de masse d’uranium 235 fixées dans les règles générales d’exploitation a été réalisée. Un fût de 200 litres contenant une masse d’uranium 235 théorique de 414 grammes a été identifié alors que la valeur limite de masse d’uranium 235 théorique prescrite par les règles générales d’exploitation est de 300 grammes. Dès la détection de cette anomalie, le fût a été déplacé, isolé de toute matière fissile et pris en charge dans l’installation.

Compte-tenu des marges de sûreté retenues vis-à-vis du risque de criticité, cet événement n’a eu aucun incidence sur la sûreté, la sécurité des personnes ou l’environnement de l’installation.

En raison du non-respect des règles générales d’exploitation de l’installation relatives à la prévention du risque de criticité, l’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des évènements nucléaires graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

 

__________________________

[1] Le risque de criticité est défini comme le risque de démarrage d’une réaction nucléaire en chaine lorsqu’une masse de matière fissile trop importante est rassemblée au même endroit. Pour prévenir ce risque, les règles générales d’exploitation de l’installation prévoient, notamment, la limitation de la masse de matière présente à chaque étape de fabrication et le contrôle de la géométrie de la matière fissile.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 08/11/2019