Non-respect d’une prescription particulière des règles générales d’exploitation

Publié le 15/07/2020

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 9 juillet 2020, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a déclaré à l’Autorité de sureté nucléaire un évènement significatif relatif à la détection tardive de l’indisponibilité d’une alarme associée au flux élevé de neutron élaboré par les chaînes de niveau source du réacteur 3. Cette indisponibilité relève d’un non-respect d’une prescription particulière des règles générales d’exploitation.

L’exploitant doit surveiller en permanence le flux de neutrons émis par le cœur du réacteur pour pouvoir contrôler toute augmentation intempestive de puissance. Il dispose pour cela de divers moyens de mesures : les chaînes de puissance utilisées en fonctionnement normal (CNP), les chaînes intermédiaires utilisées lors du démarrage du réacteur (CNI), et les chaînes de niveau source, capables de mesurer de très faibles flux lorsque le réacteur est à l’arrêt (CNS).

Les chaînes interviennent dans l’élaboration d’alarmes et d’actions automatiques de protection en cas d’élévation anormale du flux neutronique.

Le 3 juillet 2020, l’exploitant procédait au redémarrage du réacteur après un arrêt pour maintenance et renouvellement partiel du combustible. Le réacteur était dans l’état « arrêt normal sur les générateurs de vapeur », état dans lequel les spécifications techniques d’exploitation imposent que les alarmes associées à un flux élevé de neutrons élaboré par les CNS soient disponibles.

Le 3 juillet 2020, à 6h39, l’alarme associée à un flux élevé de neutron issue de l’une des deux CNS est apparue à la suite de pics de flux. Cette alarme est restée présente. La filière indépendante de sûreté de l’exploitant a considéré que cette présence fixe signifiait que l’alarme n’était plus disponible.

L’alarme n’a toutefois été considérée comme indisponible qu’à 12h15, soit cinq heures et trente minutes après son apparition fixe, à la suite d’un désaccord entre l’exploitant et la filière indépendante de sûreté. Pendant cette durée, la prescription particulière imposant la disponibilité des alarmes associées à un flux élevé de neutrons n’a pas été respectée.

En raison de l’absence d’augmentation du flux de neutrons durant cette période et en raison de la disponibilité de l’alarme associée à la seconde CNS, cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES en raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 15/07/2020