Non-respect d’une exigence de sûreté relative au confinement portant sur les valeurs de dépression à respecter entre certains locaux

Publié le 21/07/2016

Usines Framatome de fabrication de combustibles nucléaires - Fabrication de substances radioactives - Framatome

La société AREVA NP déclaré le 12 juillet 2016 à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif relatif au non-respect d‘un critère de dépression entre différents locaux, survenu dans son usine de fabrication de combustible située sur la commune de Romans-sur-Isère (Drôme).

Cet événement a concerné l’installation nucléaire de base (INB) dédiée à la fabrication d'éléments combustibles standards utilisés dans les réacteurs à eau sous pression, c’est-à-dire l’INB n°98. La matière nucléaire utilisée dans cette installation est de l'uranium enrichi à un taux maximal de 5%.

Le confinement dynamique est assuré par dépressions successives entre les différents locaux qui permettent de maintenir le sens de la ventilation depuis les locaux périphériques vers les locaux où des matières radioactives sont manipulées.

Lors de l’inspection des 30 et 31 mars 2016, l’ASN a mis en évidence l’absence de contrôle périodique du confinement dynamique d’une boîte à gants du procédé. A la suite de cette inspection et à la demande de l’ASN, AREVA a procédé au contrôle de la ventilation de cette boîte à gants et des locaux limitrophes. Ce contrôle a mis en évidence un non-respect de critère de dépression entre 2 locaux du bâtiment C1.

Cette anomalie a eu pour conséquence l’inversion de la dépression entre les locaux et aurait donc potentiellement pu conduire à la dispersion de matières radioactives en-dehors du premier local, notamment en cas d’inétanchéité de la boîte à gants. Après vérification, aucune contamination n’a été détectée dans les locaux concernés. Cet évènement n’a donc pas eu de conséquence sur la propreté radiologique des locaux  ni sur le personnel ou l’environnement.

En raison d’un écart aux règles de confinement, que les contrôles périodiques n’ont pas permis de détecter, l’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des évènements nucléaires) qui en compte 8, de 0 à 7.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 21/07/2016