Mise à jour d’un événement significatif pour la sûreté à caractère générique : défauts de serrage de la visserie de vannes qualifiées au séisme.

Publié le 01/06/2011

Anomalie générique

Centrale nucléaire de Civaux - Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Golfech - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Flamanville - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Paluel - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Penly - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Chooz B - Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Chinon B - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Cattenom - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Fessenheim - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des défauts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe (CNPE de Chooz et de Civaux).

Les défauts rencontrés consistent en l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie des vannes qualifiées[1] au séisme. Des erreurs de montage initiales ou commises lors d’opérations de maintenance seraient à l’origine de ces anomalies qui remettent en cause la qualification des vannes.

A la suite de cet événement, EDF avait engagé en 2009 des actions de vérification et de remise en conformité des anomalies constatées sur les réacteurs de Chooz et de Civaux. En février 2010, l’ASN a demandé à EDF de mettre en œuvre des dispositions complémentaires afin de prévenir la récurrence des écarts sur les réacteurs du palier N4 mais également sur les réacteurs de 900 et 1300 MWe.

En conséquence, EDF a mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration d’incident et a défini un programme de contrôle qui prend en compte l’ensemble des réacteurs exploités par EDF qui s’applique à compter de septembre 2010. EDF a défini ce programme de contrôle sur la base d’une priorisation des matériels à vérifier issue d’une analyse de sûreté. EDF s’est engagé à remettre en conformité tout écart constaté à l’issue de ces contrôles.

Dans ce cadre, les contrôles réalisés sur le réacteur n°2 du CNPE de Tricastin et le réacteur n°1 de Saint-Alban-Saint-Maurice ont permis de détecter des défauts de serrage de la visserie qualifiée au séisme.

Une déclaration d’événement significatif a été réalisée pour chaque réacteur concerné.

Cette anomalie a été classée au niveau 1 de l’échèle INES, qui en compte 7.

Pour en savoir plus :

  • Lire l'avis d’incident "Mise à jour d’un événement significatif pour la sûreté à caractère générique : défauts de serrage de la visserie de vannes qualifiées au séisme" du 10 septembre 2010
  • Lire l'avis d’incident "Anomalie générique concernant la tenue au séisme de vannes du palier N4" du 7 septembre 2009

[1] Un matériel est dit « qualifié » au séisme quand qu’il a été vérifié son aptitude à remplir les missions qui lui sont confiées, notamment dans des conditions accidentelles, lors d’un éventuel séisme.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014