Mauvais dimensionnement d’ancrages mis en place lors des troisièmes visites décennales des réacteurs nucléaires de 1300 MWe

Publié le 29/04/2019

Anomalie générique

Centrale nucléaire de Cattenom - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Flamanville - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Paluel - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

L’ASN classe au niveau 1 de l’échelle INES un événement significatif pour la sûreté relatif à la résistance au séisme d’ancrages mis en place dans le cadre de modifications de huit réacteurs nucléaires de 1300 MWe exploités par EDF.

Dans le cadre des troisièmes réexamens périodiques des réacteurs de 1300 MWe, EDF a identifié la nécessité de renforcer des ancrages au sol de plusieurs matériels afin de satisfaire à de nouvelles exigences, liées en particulier à la réévaluation du niveau de risque sismique et à la prise en compte du risque d’explosion. Certains des renforcements réalisés sur ces réacteurs dans le cadre des visites décennales des réacteurs entre 2015 et 2018 nécessitaient des fixations sur des dalles en béton qui comportent une chape de finition. La surépaisseur constituée par cette chape de finition, de moindre résistance, n’a pas été prise en compte dans le dimensionnement de ces ancrages.

Après analyse, EDF conclut à un défaut de résistance au séisme des ancrages, d’une part, de chemins de câbles des bâtiments des auxiliaires de sauvegarde et du bâtiment électrique et, d’autre part, de matériels des systèmes de ventilation de la station de pompage, de la salle de commande et des locaux électriques. EDF a donc déclaré à l’ASN le 30 octobre 2018 un événement significatif générique pour la sûreté qui concerne les réacteurs 1 et 2 de la centrale nucléaire de Cattenom, le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Flamanville, les réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale nucléaire de Paluel et les réacteurs 1 et 2 de la centrale nucléaire de Saint-Alban.

Du fait des défauts constatés, il apparait après analyse que certains matériels électriques nécessaires à la sûreté nucléaire pourraient ne plus fonctionner en cas de séisme.

Après mise en place réactive de dispositions compensatoires, EDF a remis en conformité les ancrages des systèmes de ventilation concernés.

S’agissant de la tenue des chemins de câbles au séisme, EDF a engagé l’étude des renforcements nécessaires, qui seront mis en œuvre dès que possible, lors des prochains arrêts pour rechargement de combustible des réacteurs, et au plus tard avant fin octobre 2020, conformément aux préconisations du guide n° 21 de l’ASN relatif au traitement des écarts de conformité.

Compte tenu des conséquences potentielles pour la sûreté, l’événement est classé, après analyse complémentaire, au niveau 1 de l’échelle INES pour les réacteurs 1 et 2 de la centrale nucléaire de Cattenom, le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Flamanville, les réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale nucléaire de Paluel et les réacteurs 1 et 2 de la centrale nucléaire de Saint-Alban.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 29/04/2019