Inspection de revue sur le thème de la criticité

Publié le 20/10/2000

Station de traitement des effluents et déchets solides (STE2) et atelier de traitement des combustibles nucléaires oxyde (AT1) - Transformation de substances radioactives - Orano Cycle

Du 17 au 20 octobre, cinq inspecteurs de l'Autorité de sûreté nucléaire appuyés par quatre experts de l'IPSN ont procédé à une inspection approfondie sur le thème de la maîtrise du risque de criticité à l'usine de retraitement COGEMA La Hague.

A la suite d'une réflexion sur les pratiques d'inspection et en s'inspirant d'expériences étrangères, l'Autorité de sûreté nucléaire a décidé de réaliser chaque année quelques inspections particulièrement approfondies -cinq inspecteurs sur trois ou quatre jours- en complément des 700 inspections courantes déjà pratiquées -deux inspecteurs sur un ou deux jours. Ainsi, en complément des 60 inspections courantes effectuées chaque année sur l'usine COGEMA La Hague sur des thèmes tels que la surveillance des rejets dans l'environnement, la maîtrise des risques de dispersion de matières radioactives, d'exposition radiologique des agents, d'incendie ou de criticité , l'Autorité de sûreté nucléaire a effectué du 17 au 20 octobre une première inspection de revue, sur le thème de la maîtrise du risque de criticité.

La maîtrise du risque de criticité consiste notamment à définir et maintenir des conditions physiques et chimiques de fonctionnement des installations garantissant l'absence de réaction de criticité.

Au cours de cette inspection de revue les inspecteurs ont contrôlé l'organisation de l'établissement, la formation des agents et des prestataires, le respect des règles et dispositions de prévention du risque de criticité, l'ergonomie des procédures et consignes de conduite en situation normale, incidentelle et accidentelle. Ils ont enfin demandé à l'industriel d'organiser un exercice de simulation d'accident intégrant d'une part, l'évacuation des personnels présents sur l'un des ateliers jusqu'à leur prise en charge par les services de radioprotection et de sécurité et d'autre part, l'élaboration d'un scénario d'intervention pour le retour à une situation maîtrisée.

Les inspecteurs ont pu vérifier, par sondage, le respect des règles et dispositions de sûreté ainsi que la compétence des agents en charge de l'exploitation des installations. Au-delà de ce premier constat, satisfaisant, les inspecteurs ont identifié un certain nombre de points qui devront être améliorés par l'industriel. La place de la formation théorique dans le référentiel d'habilitation des agents devra en particulier être renforcée ; la préparation et l'entraînement des équipes à la gestion des accidents, même très peu probables, devront être développés.

1/ Criticité : les atomes de plutonium et d'uranium ont la propriété de pouvoir fissionner sous l'effet d'un neutron, c'est à dire de se scinder en deux atomes plus légers avec libération d'énergie et production de rayonnement. Une réaction de fission en chaîne peut s'établir parce que la fission d'un noyau provoquée par l'absorption d'un neutron s'accompagne de l'émission de plusieurs neutrons qui a leur tour peuvent initier d'autres fissions. Une telle réaction, appelée réaction de criticité, si elle n'est pas maîtrisée, peut conduire à des accidents entraînant notamment l'irradiation de personnes.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014