Inondation d'un atelier d'usine

Publié le 31/10/2001

Usines Orano Cycle de fluoration de l’uranium - Transformation de substances radioactives - Comurhex

Le mardi 23 octobre, la société COMURHEX a informé l'Autorité de sûreté qu'une importante fuite d'eau était survenue durant la nuit du 19 au 20 octobre dans son usine de Pierrelatte.

L'atelier concerné était alors à l'arrêt et ne contenait pas de matière nucléaire. Néanmoins, des traces d'uranium résultant de son exploitation sont présentes sur les sols et les murs des ateliers. Ces traces sont susceptibles d'avoir contaminé l'eau qui a inondé cette installation. Une partie de cette eau s'est écoulée à l'extérieur des bâtiments.

L'Autorité de sûreté a procédé à une inspection le jour même pour apprécier cette contamination et contrôler les mesures prises par l'industriel pour faire face à cet incident.

L'eau qui est restée dans l'atelier a été pompée et stockée dans des réservoirs. Elle subira un traitement de décontamination avant d'être rejetée dans l'environnement.

L'eau qui s'est écoulée à l'extérieur a été collectée par le réseau d'eaux pluviales du site du Tricastin. Ce réseau se déverse dans le cours d'eau appelé la Gaffière après passage dans un bassin de 15 000 m3. Les contrôles réalisés sur ce réseau et dans la Gaffière n'ont pas permis d'observer une contamination de l'eau en uranium. Il est toutefois vraisemblable qu'un rejet de l'ordre de quelques grammes d'uranium a eu lieu, sans conséquence significative sur l'environnement. Les prélèvements effectués dans les flaques résultant de l'inondation ont montré une contamination maximale de 2mg/l d'uranium alors que l'usine est autorisée à rejeter des effluents en contenant 3mg/l. La quantité d'eau écoulée est estimée à 200m3 soit environ 1/50 du rejet annuel courant.

Les contrôles effectués sur les sols des ateliers inondés après pompage et sur la voie où l'eau s'est écoulée n'ont pas révélé de contamination résultante significative.

L'incident n'a donc pas eu de conséquence sur le personnel de l'usine.

Du fait de la défaillance des mesures de prévention de ce type d'événements, cet incident a été classé au niveau 1 sur l'échelle INES des événements nucléaires.

L'Autorité de sûreté a demandé à COMURHEX de renforcer les dispositions de surveillance de son réseau d'eau industrielle afin de se prémunir contre le renouvellement de ce type d'incident.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014