Indisponibilité prolongée de la turbine à combustion du site - Réacteurs 1 et 2

Publié le 04/08/2020

Centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

L’exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Alban/Saint-Maurice a déclaré le 15 juillet 2020 à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté portant sur la détection tardive de l’indisponibilité de la turbine à combustion (TAC) du site.

Cet événement a été mis en évidence le 26 juin 2020 au cours d’essais de connexion des diesels d’ultime secours (DUS) aux réacteurs 1 et 2.

Chaque réacteur à eau sous pression exploité par EDF est équipé de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel qui assurent de façon redondante l’alimentation électrique de certains systèmes de sûreté en cas de défaillance des alimentations électriques externes du site. La TAC peut être connectée aux tableaux d’alimentation électriques des réacteurs, en substitution de l’un des moteurs diesel du réacteur 1 ou 2, pour pallier une indisponibilité de ces derniers ou pendant une opération de maintenance.

En outre et à la suite de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, un troisième groupe électrogène de secours, plus résistant aux agressions externes, a été installé sur chaque réacteur : il s’agit du diesel d’ultime secours (DUS).

Dans le cadre des travaux de mise en place des DUS, EDF a modifié, en juillet 2019, les tableaux électriques des deux réacteurs, et notamment les cellules électriques d’arrivée de la TAC sur ces tableaux. Une spécificité des cellules électriques du site n’a pas été prise en compte à la conception et la modification a conduit à rendre impossible la connexion de la TAC, sans que les essais réalisés à l’issue de la modification ne permettent de le détecter.

L’indisponibilité de la TAC n’a été mise en évidence que le 26 juin 2020, lors des essais complets de fonctionnement des DUS, qui nécessitent de connecter ces cellules électriques.  

La TAC n’ayant jamais été sollicitée, cette indisponibilité n’a pas eu de conséquence directe sur les installations, sur le personnel ou sur l’environnement.

Toutefois, compte tenu du défaut de conception d’une modification ayant conduit à l’indisponibilité prolongée de la TAC, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 04/08/2020