Indisponibilité prolongée de l’une des chaînes de mesure de l’activité radiologique à l’intérieur du bâtiment réacteur 2

Publié le 22/10/2019

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 15 octobre 2019, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif relatif à la détection, le 11 octobre 2019, de l’indisponibilité de l’une des chaînes de mesure de l’activité radiologique à l’intérieur du bâtiment réacteur (BR). Cette chaîne de mesure sert à surveiller la radioactivité dans le bâtiment réacteur afin d’entrainer, le cas échéant, des actions automatiques d’isolement de l’enceinte de confinement du réacteur.

La chaîne de mesure est constituée d’un dispositif de prélèvement muni d’une pompe et d’un détecteur. Lors du contrôle périodique de cette chaîne de mesure, le 24 septembre 2019, la vanne de prélèvement de l’air du bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN) a été ouverte conformément à la procédure d’intervention. Cette ouverture met en communication l’air prélevé dans le bâtiment réacteur avec celui prélevé dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN).

En raison de difficultés rencontrées lors de la maintenance sur une pompe de prélèvement et de la décision de procéder quelques semaines plus tard au remplacement complet de la chaîne de mesure, l’activité de contrôle a été interrompue. Pour une raison qui reste à déterminer, la vanne de prélèvement d’air du bâtiment des auxiliaires nucléaires n’a alors pas été refermée. Ainsi, la mesure donnée par cette chaîne de surveillance n’était pas représentative de l’activité dans le bâtiment réacteur puisqu’elle était réalisée sur un mélange constitué de l’air du bâtiment réacteur et de celui du BAN.

Le 11 octobre 2019, des intervenants d’EDF se sont interrogés sur les évolutions des mesures données par la chaîne concernée. Les investigations conduites ont permis d’identifier l’origine de l’anomalie et de la corriger.

Toutefois, entre le 24 septembre et le 11 octobre 2019, la mesure donnée par cette chaîne était erronée et aurait pu conduire à retarder l’isolement du bâtiment réacteur en cas d’élévation de la radioactivité, notamment pendant les opérations de rejet de l’air du bâtiment réacteur.

Aucune élévation de radioactivité dans le bâtiment réacteur ne s’étant produite et aucune anomalie n’ayant été détectée dans les rejets gazeux par les autres dispositifs de surveillance, cet événement n’a pas eu de conséquence sur l’environnement ou sur le personnel.

Toutefois, en raison de la réalisation de rejets de l’air du bâtiment réacteur, entre le 24 septembre et le 11 octobre, alors que la chaîne de mesure de l’activité prévue pour interrompre automatiquement ces rejets en cas d’anomalie n’était pas disponible, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 22/10/2019