Indisponibilité d’une turbopompe du circuit d’alimentation de secours des générateurs de vapeur du réacteur 2.

Publié le 19/06/2020

Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 12 juin 2020, l’exploitant de la centrale nucléaire du Blayais a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur 2 concernant la disponibilité d’une des pompes du circuit d’alimentation de secours des générateurs de vapeur.

Le circuit d’alimentation de secours des générateurs de vapeur (ASG) est utilisé en cas de défaillance de l’alimentation normale en eau afin d’assurer le refroidissement du réacteur. Il est également utilisé lors des phases de mise à l’arrêt et de démarrage du réacteur. Le circuit ASG comprend deux voies redondantes (voies A et B). Il comporte deux pompes entraînées par des moteurs électriques et, en redondance, une turbopompe entraînée par une turbine à vapeur.

Le 4 juin 2020, dans le cadre de son redémarrage après arrêt pour rechargement, le réacteur 2 de la centrale nucléaire du Blayais est passé dans une phase dans laquelle les spécifications techniques d’exploitation requièrent la disponibilité de la turbopompe ASG. Cette phase a débuté sans que les opérateurs aient ouvert une vanne d’admission de vapeur dans la turbopompe, pour permettre son démarrage automatique en cas de besoin, et ce malgré la présence d’une alarme signalant ce dysfonctionnement. Dans ce cas, la turbopompe est considérée indisponible selon les spécifications techniques d’exploitation du réacteur.

Cet écart n’a été détecté que le 7 juin 2020, lors de l’entrée dans la phase suivante de redémarrage du réacteur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté liée au refroidissement du réacteur. En raison  de l’indisponibilité de l’équipement concerné et de la détection tardive de cet écart, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Dès la découverte de l’erreur, la vanne a été ouverte, ce qui a immédiatement permis de retrouver la disponibilité de la turbopompe concernée.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 19/06/2020