Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection

FR | EN
Compte

Indisponibilité d’une source d’alimentation électrique externe

Publié le 08/04/2014

Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 31 mars 2014, l'exploitant de la centrale nucléaire du Tricastin a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à un non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur n°1 qui imposent la disponibilité des deux sources électriques externes du réacteur.

Par conception, les réacteurs nucléaires à eau pressurisée exploités par EDF comportent deux sources électriques externes. Outre ces sources électriques externes, chaque réacteur nucléaire à eau pressurisée exploité par EDF dispose de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel pour assurer l’alimentation électrique de secours et fournir l’énergie électrique des systèmes de sauvegarde.

Par ailleurs, la sûreté des réacteurs nucléaires à eau sous pression exploités par EDF est assurée par des circuits et des matériels doublés. Les alimentations électriques et les commandes de ces matériels sont donc assurés par deux systèmes électriques, dits voie A et voie B, entièrement distincts et indépendants.

Le 27 mars 2014, l’exploitant de la centrale nucléaire du Tricastin procédait à un essai de bon-fonctionnement d’un des deux groupes électrogènes de secours du réacteur n°1. Ce réacteur était à l’arrêt depuis le 24 mars 2014 pour mener une intervention sur un capteur situé sur la turbine de l'alternateur dans la salle des machines.

L’essai de bon-fonctionnement réalisé sur l’un des groupes électrogènes de secours a mis en évidence que l’automatisme permettant de basculer l’alimentation électrique de la voie A du réacteur des groupes électrogènes aux sources externes d’électricité était défaillant.

Les spécifications techniques d’exploitation requièrent pourtant que dans cette configuration le réacteur soit en capacité technique d’être électriquement réalimenté par les deux sources électriques externes.

Dès la détection de l’écart, EDF a engagé une analyse technique qui a permis d’identifier l’origine de cette indisponibilité : l’automatisme de basculement a été réparé dans un délai d’environ 3 heures.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs. L’autre voie d’alimentation électrique du réacteur, la voie B, est restée quant à elle disponible pendant toute la durée de l’événement.

Cependant, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES en raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 08/04/2014