Indisponibilité partielle de la fonction d’extraction d’iode du système de ventilation du bâtiment combustible

Publié le 29/04/2020

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 20 avril 2020, EDF a informé l’ASN d’un événement significatif pour la sûreté portant sur l’indisponibilité partielle de la fonction d’extraction d’iode du système de ventilation du bâtiment combustible du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, alors que des manutentions de combustible étaient en cours.

Le bâtiment combustible est équipé d’un circuit de ventilation et de filtration de l’air (DVK). Ce circuit permet de maintenir la température ambiante dans les limites acceptables pour le personnel et les matériels. En cas d’accident de manutention des assemblages de combustible, ce circuit assure également le confinement du bâtiment pour éviter tout rejet accidentel à l’extérieur de la centrale, notamment d’iode radioactif. Dans ce cas, une partie de la ventilation du bâtiment combustible doit être arrêtée pour permettre le fonctionnement optimal du dispositif d’extraction d’iode du circuit DVK, qui nécessite un débit d’air réduit.

La manœuvre des systèmes de ventilation est réalisée par de l’air comprimé : chaque registre de ventilation possède pour cela une réserve d’air, reliée au réseau d’air de régulation (SAR) du réacteur. En cas d’accident de manutention du combustible, cette réserve permet la manœuvre des registres de ventilation.

Le 16 avril 2020, lors d’un contrôle des réserves d’air associées aux registres de ventilation, un technicien note des valeurs de pression anormalement basses et constate que des vannes d’alimentation en air de ces réserves sont en position fermée. Les manutentions de combustible, alors en cours, sont immédiatement interrompues et les vannes d’alimentation en air sont ouvertes.

Les investigations d’EDF montrent que la dernière intervention sur les réserves d’air du système DVK date du 22 mars 2020. Or, depuis cette date, des manutentions de combustible ont eu lieu, ce qui est interdit par les spécifications techniques d’exploitation du réacteur en cas d’indisponibilité du système d’extraction d’iode. En effet, en cas d’accident de manutention de combustible, le confinement du bâtiment combustible aurait pu être retardé et les registres de ventilation auraient potentiellement dû être fermés manuellement.

En l’absence d’accident de manutention de combustible, cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur le personnel et sur l’environnement.

Cependant, en raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 29/04/2020