Filtres du circuit de recirculation d'eau

Publié le 13/03/2007

Centrale nucléaire de Civaux - Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Golfech - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Flamanville - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Paluel - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Penly - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Chooz B - Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Chinon B - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Cattenom - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Fessenheim - Réacteurs de 900 MWe - EDF

A la suite de la détection d'une anomalie concernant les filtres des puisards du circuit de recirculation de ses réacteurs nucléaires (cf. avis d'incident du 7 janvier 2004), EDF a engagé un changement de ces filtres. Le 14 février 2007, EDF a informé l'Autorité de sûreté nucléaire que certains filtres nouvellement installés ne permettent pas, en cas de survenue de certaines fuites accidentelles sur le circuit primaire, de garantir un débit de recirculation suffisant.

Les puisards, situés au fond du bâtiment réacteur, ont pour fonction de collecter l'eau qui s'échapperait en cas de situation accidentelle avec fuite importante du circuit primaire, pour permettre sa recirculation dans le circuit d'injection de sécurité et dans le circuit d'aspersion dans l'enceinte et ainsi refroidir le coeur du réacteur.

Les nouveaux filtres permettent de prévenir le risque de colmatage des puisards en situation accidentelle identifié en 2004.

La réévaluation par l'exploitant des niveaux d'eau au fond du bâtiment réacteur dans les différentes situations accidentelles a toutefois conduit à identifier une anomalie de conception des nouveaux filtres. En effet, dans le cas où le niveau d'eau au fond du bâtiment réacteur est trop bas, les collecteurs des filtres sont partiellement émergés, et compte tenu de la géométrie des nouveaux filtres, le débit d'eau de recirculation peut être insuffisant.

Cette anomalie concerne 7 réacteurs nucléaires à eau sous pression du palier 900 MWe.

L'exploitant a mis en place des dispositions de conduite spécifiques en cas de situation accidentelle, qui permettent de pallier en partie l'anomalie.

Il modifiera les filtres pour remédier de manière pérenne à l'anomalie. Cette modification ne devrait pas remettre en question les échéances prévues pour le remplacement des filtres sur l'ensemble des réacteurs.

Cette anomalie a été classée au niveau 1 de l'échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014