Ecarts de conformité affectant le circuit d’alimentation en eau brute des quatre réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey

Publié le 24/05/2019

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 7 mai 2019, l’exploitant de la centrale nucléaire du Bugey a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté, relatif à la découverte d’écarts de conformité affectant l’un des circuits de refroidissement des réacteurs, dénommé circuit d’alimentation en eau brute (SEB).

Sur la centrale nucléaire du Bugey, le refroidissement des systèmes associés au réacteur est assuré par trois circuits de refroidissement. Chacun de ces circuits pompe directement l’eau dans le fleuve, sans la traiter, d’où la dénomination « eau brute ». L’un de ces circuits, appelé circuit d’alimentation en eau brute (SEB) est composé de deux sous-ensembles : un sous-circuit (dénommé SEB « eau brute ») qui pompe l’eau du Rhône et un sous-circuit (dénommé SEB « noria »), refroidi par le précédent à l’aide d’échangeurs. Ce dernier assure ensuite le refroidissement d’une partie des systèmes de sauvegarde du réacteur.

Eu égard à l’importance des systèmes refroidis, chacun de ces sous-circuits, SEB « eau brute » et SEB « noria », doit satisfaire certaines exigences visant à garantir leur fonctionnement dans des conditions particulières comme la survenue d’un séisme ou, pour certaines parties de circuit situées dans les enceintes de confinement des réacteurs, à des conditions de température élevées.

Par courrier du 20 avril 2016, l’ASN avait fixé à EDF les orientations génériques du réexamen périodique, associées aux quatrièmes visites décennales des réacteurs de 900 MWe qu’elle exploite. En application des demandes formulées par l’ASN dans ce courrier, EDF a notamment procédé à des contrôles de la conformité du circuit SEB. C’est dans ce cadre qu’EDF a découvert plusieurs écarts de conformité affectant à la fois les sous-circuits SEB « eau brute » et SEB « noria ». Une partie des écarts concerne des défauts de tenue au séisme de certaines portions et de certains équipements du sous-circuit SEB « eau brute ». Les autres écarts relèvent quant à eux de défauts de résistance de certaines portions du sous-circuit SEB « noria » à des conditions de température élevées dans l’enceinte de confinement des réacteurs. Ces écarts affectent de la même manière les quatre réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey.

Dans l’attente de leur traitement définitif, EDF a mis en place des mesures compensatoires visant à pallier ces écarts ou en assurer l’absence de conséquences.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement.

Compte tenu de ses conséquences potentielles pour la sûreté de quatre réacteurs de la  centrale nucléaire du Bugey, l’événement est classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 24/05/2019