Détection tardive de l’indisponibilité du système de protection du réacteur

Publié le 12/12/2018

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 7 décembre 2018, EDF a déclaré un événement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive de l’indisponibilité d’une partie du système de protection du réacteur 2 provoqué par le dysfonctionnement de deux capteurs de débit du circuit d’alimentation normale des générateurs de vapeur.

Chaque réacteur à eau sous pression exploité par EDF est équipé d’un système qui a pour rôle d’assurer la protection du réacteur en déclenchant un ensemble d’actions automatiques en cas de détection d’une anomalie. Le système de protection du réacteur scrute en permanence les paramètres du process industriel via différents capteurs (sondes de température, de niveau d’eau, de pression ou de débit) et un traitement électronique décide de la mise en service des systèmes d’arrêt automatique du réacteur (chute des barres de commande) et de sauvegarde (injection de sécurité par exemple).

Le 2 décembre 2018, le réacteur 2 de la centrale nucléaire du Bugey est en cours de redémarrage à l’issue de l’arrêt pour maintenance programmée et renouvellement partiel de son combustible débuté le 29 septembre 2018. Pendant ces opérations le système de protection du réacteur, et par conséquent les capteurs qui lui sont associés, doivent être disponibles en application des règles générales d’exploitation : en cas d’indisponibilité du système de protection ou d’un des capteurs associés le réacteur doit être arrêté dans un délai de 24 heures.

Le 4 décembre 2018, l’exploitant de la centrale nucléaire du Bugey découvre que deux capteurs de mesure du débit du circuit d’alimentation normale en eau des générateurs de vapeur du réacteur 2 qui sont utilisés par le système de protection du réacteur dysfonctionnent. L’anomalie qui les affecte date du 2 décembre 2018 : une partie du système de protection du réacteur était par conséquent indisponible depuis près de 48 heures, ce qui n’est pas permis par les règles générales d’exploitation.

Dès détection de cet écart, EDF a procédé au traitement du dysfonctionnement affectant les deux capteurs de débit.

Cet écart n’a donc pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement.

Toutefois, en raison de la détection tardive de cet écart, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 12/12/2018