Détection tardive de l’indisponibilité de mesures utilisées en conditions accidentelles sur la cuve du réacteur 3

Publié le 05/12/2017

Centrale nucléaire de Chinon B - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 27 novembre 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Chinon a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté (ESS) relatif à l’indisponibilité d’une voie de mesure de la marge à la saturation et du niveau d’eau dans la cuve du réacteur 3.

Le 13 novembre 2017, le réacteur 3 était en cours de redémarrage après une période d’arrêt programmé pour maintenance et rechargement de combustible. EDF a procédé à la reconnexion des systèmes de mesures de température (thermocouples) à l’intérieur de la cuve. Lors de l’opération, les connexions de deux thermocouples ont été inversées par erreur.

L’un de ces thermocouples est destiné à mesurer la marge à la saturation (c'est-à-dire l’écart de température avant que l’eau n’entre en ébullition) et le niveau d’eau dans la cuve. Ces mesures sont importantes pour piloter le réacteur en situation accidentelle.

Ce n’est que le 17 novembre 2017, à l’occasion d’un essai périodique, que l’exploitant a identifié et corrigé l’erreur de connexion.

Pendant quatre jours, l’inversion des connexions a donc rendu indisponible une voie de mesure de la sous-saturation et du niveau d’eau de la cuve.

Ces mesures étant redondantes sur l’installation, la seconde voie de mesure est restée disponible pendant toute la durée de l’événement.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ou l’environnement.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES, qui en compte 7, du fait de sa détection tardive par l’exploitant.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 05/12/2017