Détection tardive de l’indisponibilité d’un dispositif d’arrêt des pompes primaires

Publié le 17/09/2018

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 7 septembre 2018, l’exploitant de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a déclaré à l’ASN un événement significatif portant sur l’indisponibilité d’un dispositif d’arrêt des pompes primaires.

Les pompes primaires, au nombre de quatre sur les réacteurs de 1300 MWe, assurent la circulation de l’eau entre la cuve du réacteur et les générateurs de vapeur.

Le 3 août 2018, au cours du remplacement du moteur d’une des quatre pompes primaires pendant l’arrêt programmé du réacteur, deux sondes de température ont été inversées. Cette inversion a eu comme effet de rendre indisponible le dispositif d’arrêt automatique de la pompe concernée en cas d’élévation anormale de la température de son moteur.

L’exploitant a constaté l’anomalie le 29 août 2018. Cependant, à la suite d’une première analyse erronée, l’exploitant n’a pris conscience que le 4 septembre de cette indisponibilité, qui a conduit au non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur.

Entre le 26 août, date à laquelle la pompe concernée a été remise en service, et le 4 septembre, son arrêt automatique aurait pu être retardé, ce qui aurait pu entrainer sa dégradation et une fuite éventuelle du fluide primaire.

L’exploitant a remis l’installation en conformité le 4 septembre 2018.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les travailleurs ou l’environnement.

Néanmoins compte-tenu de la détection tardive de l’indisponibilité d’un matériel requis selon les spécifications d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 27/09/2018