Détection tardive de défauts affectant un groupe électrogène de secours à moteur diesel du réacteur 1

Publié le 11/03/2021

Centrale nucléaire de Flamanville - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 17 février 2021, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive de défauts affectant un groupe électrogène de secours à moteur diesel du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Flamanville.

Chaque réacteur exploité par EDF est équipé de deux lignes d’alimentation électrique en provenance du réseau national d’électricité, et de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel. Depuis juillet 2020, les deux réacteurs en fonctionnement de la centrale de Flamanville disposent également d’un troisième générateur diesel dit « d’ultime secours » (DUS). Enfin, chaque site comportant des réacteurs de 1300 MWe dispose d’une turbine à combustion qui peut pallier la perte totale des alimentations électriques externes et internes, et permet de remplacer un générateur diesel indisponible. Selon l’état du réacteur, le nombre de sources électriques requises est défini par les règles générales d’exploitation (RGE).

Le 23 octobre 2020, EDF a réalisé un essai de requalification sur l’un des deux générateurs de secours à moteur diesel du réacteur 1. Cet essai s’est révélé non-satisfaisant en raison d’une élévation anormale de la température au niveau de l’alternateur. Les expertises ultérieures réalisées par l’exploitant ont conclu à un mauvais montage d’un composant de l’alternateur.

Le générateur de secours en question n’était pas requis au moment de la détection de cet évènement. Pour autant, les analyses complémentaires menées par EDF ont mis en évidence que celui-ci n’était pas en mesure d’assurer pleinement sa fonction depuis novembre 2019. Cela a conduit à une dégradation de la sûreté du réacteur 1 depuis cette date.  EDF a notamment conclu qu’entre les mois de décembre 2019 et janvier 2020, aucune source d’alimentation électrique interne n’aurait permis de palier une perte des alimentations externes du site[1]. Dans ce cas, seuls les systèmes de secours LLS[2] et d’alimentation en eau des générateurs de vapeur auraient permis d’assurer une conduite sûre de l’installation.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les personnes et l’environnement. Toutefois, en raison de la dégradation des fonctions de sûreté du réacteur, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Le générateur de secours à moteur diesel concerné a été remis en conformité et déclaré fonctionnel le 29 décembre 2020. L’exploitant doit désormais transmettre à l’ASN le retour d’expérience de cet évènement. L’ASN sera vigilante quant à l’analyse des causes techniques et organisationnelles ayant entraîné le mauvais montage du composant, ainsi qu’à l’absence de détection de ce défaut lors de précédentes opérations de requalification.

[1] Voir notamment l’évènement suivant relatif à l’indisponibilité de la turbine à combustion pendant cette période https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-de-la-periodicite-de-la-maintenance-de-la-turbine-a-combustion

[2] Le turbo-alternateur LLS actionné par de la vapeur assure l’alimentation électrique des équipements minimaux de conduite, de l’éclairage d’ultime secours et d’une pompe permettant de maintenir la pression dans le circuit primaire.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 11/03/2021