Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection

FR | EN
Compte

Détection de déchets nucléaires dans une benne de déchets conventionnels

Publié le 01/12/2015

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 16 novembre 2015, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour l’environnement à la suite de la détection de déchets nucléaires dans une benne de déchets conventionnels par le portique de contrôle de non-contamination situé à la sortie du site.

En France, la réglementation impose une séparation entre les déchets dits « nucléaires » et les déchets dits « conventionnels ». Pour cela, les exploitants d’installations nucléaires doivent identifier toutes les zones de leurs installations où il existe un risque, même minime, de contamination par des matières radioactives. Par la suite, tous les déchets issus de ces zones doivent être considérés comme des déchets nucléaires, quelle que soit leur activité radiologique réelle.

En complément, les déchets conventionnels issus du reste des installations doivent faire l’objet d’un contrôle d’absence de contamination avant de pouvoir être évacués dans une filière autorisée. Les déchets nucléaires et les déchets conventionnels sont donc normalement produits dans des zones distinctes et suivent des parcours et des contrôles spécifiques avant d’être évacués dans leurs filières respectives. A ce titre, ils sont conditionnés et transportés sur le site par des moyens différents et selon des procédures spécifiques.

Le 6 novembre 2015, EDF a préparé l’évacuation d’une benne de déchets conventionnels. Cette benne a été contrôlée dans un premier temps par le portique de contrôle de non-contamination de la station de transit des déchets conventionnels, sans déclencher d’alarme. Dans un deuxième temps, le passage de la benne a déclenché l’alarme du portique de contrôle de non-contamination situé à la sortie du site.

A la suite de cette alarme, la benne a été ramenée à la station de transit des déchets conventionnels pour investigation. Les équipes en charge de la protection radiologique et de la gestion des déchets ont identifié dans la benne un sac transparent rempli de vinyle rose (matériau généralement utilisé en zone à déchets nucléaires) et de divers déchets générant un débit d’équivalent de dose de 11 µSv/h, pour une activité de 157 kBq. Ce sac, qui aurait dû être conservé par l’exploitant afin d’essayer de retracer son parcours, a cependant été envoyé par erreur dans la filière de traitement des déchets nucléaires du site et compacté dans un fût, sans possibilité de le retrouver.

Au cours de cet évènement, différentes barrières techniques et organisationnelles mises en place sur l’installation pour garantir l’évacuation des déchets nucléaires dans les filières adéquates ont été défaillantes. Un tel écart  implique un contournement des procédures en vigueur sur l’installation qui devra être examiné par l’exploitant de manière approfondie.

Enfin, si ces déchets nucléaires ont été réorientés vers la bonne filière, il est toutefois dommageable que le CNPE de Cruas-Meysse n’ait pas pris les mesures nécessaires pour isoler le sac à l’origine de l’écart afin d’identifier,a posteriori, son origine et les raisons qui ont conduit à sa présence dans une benne déchets conventionnels.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs.

Nota : Les évènements significatifs pour l’environnement ne sont pas classés sur l’échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 25/01/2016