Dépassement du gradient maximal de refroidissement du circuit primaire principal du réacteur n°2

Publié le 18/06/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 6 juin 2013, lors du repli du réacteur n°2 du domaine d’exploitation « arrêt normal sur générateurs de vapeur » vers le domaine d’exploitation « arrêt pour intervention » afin de réaliser une opération de maintenance, la vitesse maximale de refroidissement du circuit primaire principal prescrite par les spécifications techniques d'exploitation n'a pas été respectée.

Le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression qui s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Les spécifications techniques d’exploitation (STE) définissent les limites autorisées pour la pression et la température du circuit primaire qui doivent être suivies en permanence. Lors des opérations de mise à l'arrêt du réacteur, la pression et la température du circuit primaire sont abaissées afin de permettre l'ouverture du circuit pour le rechargement du réacteur ou la réalisation d'interventions sur des matériels. Afin d'éviter des sollicitations thermiques susceptibles d'engendrer des phénomènes de fatigue thermique du métal constituant le circuit primaire principal, des vitesses de refroidissement et de chauffe sont prévues par les spécifications techniques d'exploitation.

Le 6 juin 2013, durant la conduite de ce transitoire d’exploitation, les opérateurs en charge de la conduite du réacteur n° 2 du Bugey ont suivi la vitesse de refroidissement du circuit primaire principal sur un enregistreur en salle de commande dont les indications étaient erronées et minimisaient le gradient de température réellement atteint. Ils n’ont pas respecté la consigne de conduite leur demandant de corréler la valeur lue sur cet enregistreur avec les autres valeurs de température du circuit primaire disponibles en salle de commande.

Cet écart a été mis en évidence par l’exploitant le 10 juin 2013 par une analyse a posteriori des relevés de température du circuit primaire durant le transitoire d’exploitation. Le dépassement de la vitesse maximale de refroidissement du circuit primaire a duré 1h40. La faible amplitude de ce dépassement de gradient de température ne met pas en cause la résistance à la pression du circuit primaire principal. Il a, de plus, été pris en compte lors de la conception de l'installation.
Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs.

En raison du non-respect d'une limite des spécifications techniques d'exploitation, cet incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014