Découverte d'une vanne d'isolement enceinte en position ouverte

Publié le 14/10/2016

Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 7 octobre 2016, la centrale nucléaire du Tricastin a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au maintien en position ouverte pendant tout un cycle de fonctionnement d’une vanne de traversée de l’enceinte du réacteur 1.

Sur les réacteurs nucléaires d’EDF, l’enceinte de confinement est un bâtiment en béton à l’intérieur duquel se trouvent la chaudière nucléaire et les éléments de combustible : elle constitue la troisième des trois barrières existant entre les produits radioactifs contenus dans le cœur et l’environnement. De nombreuses canalisations nécessaires au fonctionnement de l’installation traversent cette enceinte. Des vannes, situées de part et d’autre de la paroi en béton, permettent d’obturer chacune de ces canalisations.

Le 15 août 2016, à l’occasion de l’arrêt pour maintenance programmée et renouvellement partiel du combustible du réacteur 1 de la centrale nucléaire du Tricastin, EDF a procédé à des tests périodiques pour vérifier l’étanchéité de certaines canalisations traversant l’enceinte de confinement.

EDF a réalisé à cette occasion que sur une traversée de l’enceinte de confinement du réacteur 1, la vanne d’isolement située à l’intérieur du bâtiment du réacteur était en position ouverte. Les équipes d’EDF ont procédé à sa fermeture à l’issue du test d’étanchéité.

Le 18 août 2016, EDF a déclaré un événement significatif pour la sûreté relatif à cet écart qui a été classé dans un premier temps classé au niveau 0 de l’échelle INES : selon les premières analyses, cette vanne aurait en effet pu être manœuvrée lors de l’arrêt en cours et les spécifications techniques d’exploitation autorisent alors cette ouverture pendant une durée de 14 jours.

Le 7 octobre 2016, EDF a informé l’ASN que dans le cadre de l’analyse de cet événement, il apparaissait finalement que la vanne n’a pas été manœuvrée au cours de l’arrêt du réacteur de 2016 mais plus probablement au cours de l’arrêt de 2015. Dans ces conditions, cette vanne est restée ouverte pendant toute la durée du cycle de fonctionnement du réacteur 1 ce qui n’est pas autorisé par les spécifications techniques d’exploitation.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les travailleurs et l’environnement.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES du fait de la détection tardive du défaut d’étanchéité.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 14/10/2016