Découverte d'une contamination atmosphérique radioactive sur le site industriel du Tricastin

Publié le 23/10/2000

Anomalie générique

Usines Orano Cycle de chimie de l’uranium TU5 et W - Transformation de substances radioactives - Orano Cycle

Usines Orano Cycle de fluoration de l’uranium - Transformation de substances radioactives - Comurhex

L'usine Georges Besse de séparation des isotopes de l'uranium par diffusion gazeuse - Transformation de substances radioactives - Eurodif

Lors d'une analyse de prélèvements atmosphériques réalisés par COGEMA Pierrelatte, des traces d'uranium ont été découvertes. Les valeurs relevées, bien que faibles (8.10-3 becquerel par mètre cube en rayonnement alpha), sont supérieures aux valeurs habituellement mesurées (de l'ordre de 10-4 becquerel par mètre cube) et attestent de la survenue d'un incident d'exploitation sur l'une des installations nucléaires du site industriel du Tricastin, dont l'origine n'a pas encore été déterminée. Trois installations nucléaires peuvent, a priori, être à l'origine d'un événement de ce type : COMURHEX, EURODIF et les installations de COGEMA Pierrelatte. Aucune n'a signalé à l'Autorité de sûreté nucléaire d'événements particuliers.

Les industriels des installations du site nucléaire du Tricastin doivent procéder quotidiennement à des prélèvements de poussières atmosphériques sur filtre. L'analyse de ces filtres est réalisée sur une durée de cinq jours, période nécessaire à la détection de faibles niveaux d'activité. Les filtres sur lesquels les traces d'uranium ont été détectés dataient des 23 et 24 octobre 2000.

Les valeurs relevées indiquent qu'il n'y a pas de risque pour la santé. L'Autorité de sûreté nucléaire et l'Office de protection contre les rayonnements ionisants (OPRI) ont engagé une enquête afin de déterminer l'origine de cette contamination. Les résultats de cette enquête feront l'objet d'une information spécifique.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014