Contamination corporelle externe d’un travailleur

Publié le 05/10/2020

Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 25 septembre 2020, l’exploitant de la centrale nucléaire de Gravelines a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif relatif à la radioprotection concernant le dépassement du quart d’une limite de dose individuelle annuelle autorisée.

Le réacteur 1 de la centrale de Gravelines est en arrêt pour maintenance et rechargement en combustible. Le 19 septembre 2020, lors d’une activité logistique (installation d’un sas) dans le bâtiment réacteur, un intervenant a été contaminé au niveau du thorax. Cette contamination a été détectée en sortie de zone contrôlée lors de son passage au niveau des portiques de contrôle radiologique.

L’intervenant a été pris en charge par le gardien des vestiaires et par le service médical du site, qui ont procédé au retrait de deux particules radioactives présentes sur la peau au niveau supérieur du thorax, sous le cou. Un contrôle complémentaire a été mené afin de confirmer l’absence de contamination résiduelle, interne et externe, de l’intervenant.

Pour les travailleurs susceptibles d'être exposés aux rayonnements ionisants lors de leur activité professionnelle, la limite réglementaire de dose, pour douze mois consécutifs, est de 20 millisieverts pour le corps entier, de 150 millisieverts pour le cristallin et de 500 millisieverts pour une surface de 1 cm2 de peau.

Le médecin du travail a estimé la dose reçue par l’intervenant, suite à son exposition aux particules, comme étant supérieure au quart de la limite réglementaire annuelle d’exposition des travailleurs, sans dépasser toutefois la limite annuelle.

Du fait du dépassement du quart d’une limite réglementaire annuelle d’exposition pour un travailleur, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 05/10/2020