Anomalies relatives à la collecte des effluents liquides radioactifs de l’installation

Publié le 12/05/2020

Usine de production de radioéléments artificiels (CIS bio international) - Fabrication ou transformation de substances radioactives - Cis-Bio

CIS bio international, exploitant de l’INB n° 29 à Saclay, a déclaré le 19 avril 2019 à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif à une anomalie concernant la sonde de détection d’humidité dans la rétention d’une cuve d’entreposage d’effluents liquides radioactifs de l’installation.

La société CIS bio international exerce, dans son installation nucléaire de base de Saclay, des activités de recherche et développement, de production et de distribution de produits radiopharmaceutiques et d’appareils à usage médical pour le diagnostic et la thérapie. Du fait de ses activités, l’installation génère des effluents liquides radioactifs qui sont envoyés, par différents réseaux de tuyauteries, dans des cuves d’entreposage avant évacuation de l’installation. Ces cuves sont implantées sur des rétentions, dans des fosses équipées de sondes de détection d’humidité. La gestion de ces cuves et réseaux de collecte des effluents est encadrée par les règles générales d’exploitation de l’installation, notamment pour le traitement de toute anomalie constatée.

Le 4 février 2019, CIS bio international, à la faveur d’une intervention programmée, a constaté la présence anormale de liquide contaminé dans la rétention d’une cuve. Par ailleurs, ce liquide n’avait pas été détecté par la sonde de détection d’humidité dans la rétention car elle était retirée de sa position normale, ce qui la rendait inopérante. À la suite d’une première analyse de l’événement transmise à l’ASN en juillet 2019, CIS bio international a mené des investigations supplémentaires et complété son compte-rendu de l’événement en avril 2020.

L’analyse détaillée de cet événement a révélé d’autres écarts concernant les équipements associés à la cuve, tels que l’infiltration d’eau de pluie dans la rétention, une bride de tuyauterie non serrée et sans joint, la présence anormale d’effluents dans une autre rétention du réseau de tuyauteries, également soumise à des infiltrations, le défaut d’étanchéité de ces tuyauteries et la défaillance des sondes de détection d’humidité dans cette rétention dont le dernier contrôle périodique n’avait pas été fait. Ces écarts, dont certains étaient connus ou étaient consécutifs à des interventions, n’avaient pas été traités antérieurement à la déclaration d’événement, ou avaient fait l’objet de traitements inappropriés. Cette situation qui s’avère ancienne est révélatrice de dysfonctionnements importants, qui n’ont pas permis de respecter les règles d’exploitation de l’installation, et traduit des défauts de culture de sûreté et de rigueur d’exploitation.

Cet événement n’a pas eu d’incidence sur les personnes. Toutefois, compte tenu du nombre d’écarts mis en évidence par l’analyse de l’exploitant, des lacunes dans leur traitement antérieurement à la déclaration de l’événement, des dysfonctionnements organisationnels, des manques de culture de sûreté et de rigueur d’exploitation qui en ressortent et qui n’ont pas permis de respecter les règles d’exploitation de l’installation, l’ASN reclasse cet événement au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

À la suite de la déclaration de l’événement, l’exploitant a mis en œuvre des actions pour vider les effluents recueillis dans les rétentions et pour réparer, remettre en conformité et en service les équipements défectueux.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 12/05/2020