Anomalie générique concernant les diesels de secours des réacteurs de 900 MWe

Publié le 27/01/2010

Anomalie générique

Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Chinon B - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 16 octobre 2009, EDF a informé l'ASN d’une anomalie générique concernant les coussinets de tête de bielle des moteurs diesels des groupes électrogènes de secours des réacteurs de 900 MWe suivants : Blayais 1-3, Bugey 2-3-4, Chinon B3, Cruas 3-4, Gravelines 2-4, Saint-Laurent 2 et Tricastin 1-2-3-4.

Les groupes électrogènes de secours permettent chacun d’alimenter le réacteur en cas de perte des sources électriques du réseau national. Leurs moteurs sont équipés de bielles, qui sont des pièces mécaniques permettant de transmettre une force entre deux articulations d’axes mobiles. Afin de limiter les frictions entre les pièces mobiles, les têtes des bielles sont équipées de coussinets.

A la suite de la défaillance d’un moteur diesel de secours sur le réacteur 4 de la centrale de Chinon en juillet 2008, EDF et son fournisseur ont engagé des expertises, dont les résultats ont révélé, en octobre 2009, qu’une dégradation rapide du coussinet était à l’origine de cette défaillance. Lorsque le moteur diesel est en fonctionnement, la dégradation du coussinet est susceptible de conduire à son grippage et ainsi à la défaillance du groupe électrogène.

En octobre 2009, EDF a engagé une campagne de remplacement des coussinets sur l’ensemble des réacteurs impactés. EDF a également déclaré à l’ASN le 19 octobre 2009 un incident significatif, classé au niveau 0 de l'échelle INES, sur la base des informations disponibles à cette date.

Le remplacement des coussinets a été terminé mi-novembre 2009. Les analyses d’EDF qui ont suivi ont révélé un risque de défaillance des coussinets qui équipaient l’un des deux moteurs diesels de secours de chaque réacteur concerné. EDF a donc reclassé cette anomalie au niveau 1 de l'échelle INES le 14 janvier 2010.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014