Mise à jour de l'avis d'information du 7 janvier 2004 relatif à l'anomalie concernant le circuit de recirculation d'eau des réacteurs des centrales nucléaires d'EDF

Publié le 03/05/2006

Anomalie générique

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Cattenom - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Chinon B - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Chooz B - Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Civaux - Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Fessenheim - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Flamanville - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Golfech - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Paluel - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Penly - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Saint-Alban - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 31 décembre 2003, Electricité de France avait confirmé à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) la possibilité, dans certaines situations accidentelles, d'un colmatage des filtres des puisards du circuit de recirculation des réacteurs nucléaires à eau sous pression.

Tous les réacteurs nucléaires français sont concernés à divers degrés, certains apparaissant plus sensibles à ce phénomène, en raison de surfaces de filtration plus faibles et de la présence de calorifuge générant une quantité plus importante de débris.

Les études menées par EDF et examinées par l'Autorité de sûreté nucléaire ont permis de caractériser l'anomalie et d'élaborer une solution permettant d'y remédier. Cette solution consiste à remplacer l'ensemble des filtres équipant les puisards, dans le but d'en augmenter la surface de manière significative. En 2005, trois réacteurs, à Dampierre, Fessenheim et Gravelines, ont été modifiés.

La modification des puisards est délicate du point de vue de sa mise en œuvre, à la fois de par sa nature (réfection complète d'une partie du bâtiment réacteur) et de par son ampleur (modification des 58 réacteurs du parc). EDF prévoit de réaliser les modifications nécessaires sur l'ensemble des réacteurs avant la fin de l'année 2009. Les réacteurs les plus sensibles au phénomène de colmatage des filtres seront modifiés prioritairement, avant la fin de l'année 2007. L'Autorité de sûreté nucléaire considère que le programme de correction de l'anomalie sur l'ensemble des réacteurs présenté par EDF est acceptable.

Compte tenu de son impact sur la sûreté des installations, l'Autorité de sûreté nucléaire avait classé cet incident générique au niveau 2 de l'échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 28/04/2014