Absence d’un dispositif d’obturation sur l’enceinte de confinement du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Cattenom lors des opérations de rechargement du combustible.

Publié le 02/10/2019

Centrale nucléaire de Cattenom - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 30 septembre 2019, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cattenom a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’absence d’un dispositif d’obturation d’une traversé de l’enceinte sur le réacteur 3 alors que les opérations de rechargement avaient débuté.

L’enceinte de confinement est un bâtiment en béton à l’intérieur duquel se trouvent la cuve, le cœur du réacteur, les générateurs de vapeur et le pressuriseur. Elle constitue la troisième des trois barrières entre les produits radioactifs contenus dans le cœur du réacteur et l’environnement (la première barrière étant la gaine du combustible, la deuxième étant le circuit primaire). De ce fait, son étanchéité est particulièrement surveillée. De nombreuses ouvertures, appelées « traversées » permettent le passage de tuyauteries et de câbles nécessaires au fonctionnement du réacteur. Certaines de ces traversées sont ouvertes lors des arrêts pour maintenance pour permettre le passage de câbles ou de tuyauteries lorsque les règles générales d’exploitation l’autorisent.

Le 26 septembre 2019, alors que le réacteur 3 était à l’arrêt pour maintenance et que les opérations de rechargement du combustible étaient en cours, l’exploitant a découvert l’absence d’un dispositif d’obturation sur une traversée de l’enceinte. Cette situation conduisait à la perte de l’étanchéité de l'enceinte de confinement du réacteur, exigée par les règles d’exploitation lorsque du combustible y est présent.

Dès la détection de l’écart, l’exploitant a arrêté les opérations de rechargement du combustible et a lancé la remise en conformité de la traversée de l’enceinte.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs. Cependant, il a conduit à dégrader temporairement l’un des dispositifs permettant de maîtriser une situation accidentelle et en raison du caractère tardif de la détection de l’écart aux règles d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 02/10/2019