Ruptures de canalisations d’effluents radioactifs ayant conduit à des fuites dans des locaux où exercent des travailleurs

Publié le 06/02/2015

Médical - Autres événements

CHU de Poitiers - 86000 Poitiers - Vienne (86)

Le 24 octobre 2014, l’Autorité de sûreté nucléaire a été informée par le CHU de Poitiers de la survenue d’un événement significatif dans le domaine de la radioprotection relatif à une fuite sur la canalisation recueillant les effluents radioactifs des chambres de radiothérapie métabolique.

Le service de médecine nucléaire du CHU de Poitiers réalise des traitements de patients à l’aide de sources radioactives non scellées, notamment l’iode 131. Au cours de leur traitement, les patients séjournent dans une chambre protégée du secteur de radiothérapie métabolique. Les effluents liquides produits (toilettes, douche) sont collectés et dirigés vers des cuves d’entreposage à des fins de décroissance radioactive. Après un temps suffisant permettant le respect des valeurs limites réglementaires d’activité définies par l’Autorité de sûreté nucléaire, ces cuves sont vidangées dans le réseau public d’eaux usées.

Le 10 octobre 2014, le personnel présent dans un local situé sous les chambres de radiothérapie métabolique du CHU de Poitiers a relevé l’apparition de taches au niveau de deux plaques du plafond du local. L’établissement a rapidement détecté, après évacuation du personnel et retrait des plaques, qu’une fuite était survenue sur la canalisation d’effluents radioactifs provenant des chambres de radiothérapie métabolique. Les examens des personnels concernés n’ont pas mis en évidence de contamination de ces derniers. Dans l’attente de l’intervention d’une société spécialisée dans le travail en milieu radioactif, une rétention a été mise en place sous la canalisation et les traitements de radiothérapie métabolique ont été suspendus. La canalisation a été remplacée et conservée afin qu’une expertise puisse être menée en vue de déterminer l’origine de la fuite.

À la demande de l’Autorité de sûreté nucléaire, le service de médecine nucléaire du CHU de Poitiers a déclaré, fin 2014, un deuxième événement significatif dans le domaine de la radioprotection, à la suite d’une fuite décelée lors de la mise en pression de la nouvelle canalisation. Le 6 novembre 2014, afin d’effectuer une vérification de l’étanchéité de la nouvelle canalisation, la personne compétente en radioprotection du CHU de Poitiers a procédé à l’ouverture du robinet de la douche d’une des chambres de radiothérapie métabolique. Cette mise en pression a permis de détecter une nouvelle fuite. Dans l’attente de la réalisation de nouveaux travaux, la chambre a été condamnée.

À l’issue des travaux de réparation, l’Autorité de sûreté nucléaire a demandé au CHU de Poitiers qu’une expertise soit menée afin de déterminer l’origine des deux fuites.

En raison de la répétition d’événements relatifs à des fuites sur la canalisation d’effluents radioactifs provenant des chambres de radiothérapie métabolique, l’Autorité de sûreté nucléaire a classé cet événement auniveau 1sur l’échelleINES(échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 05/09/2017