Dégradation de plusieurs dispositifs de sûreté du système de gestion des effluents radioactifs

Publié le 05/02/2019

Médical - Sources Radioactives

Centre hospitalier d’Avignon - 84000 Avignon - Vaucluse (84)

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a été informée, le 19 juin 2018, d’une fuite d’effluents radioactifs d’une cuve d’effluents à double compartiment dans son bac de rétention, dans le local de gestion des effluents radioactifs du service de médecine nucléaire du centre hospitalier d’Avignon.

Dispositif de gestion des effluents radioactifs du centre hospitalier d’Avignon, le 15 juin 2018

Le 15 juin, une équipe technique de l’établissement est intervenue dans le local de gestion des effluents radioactifs en raison d'odeurs importantes, et a constaté une fuite du 1er compartiment de la fosse d’effluents radioactifs dans son bac de rétention. Le capteur de niveau du bac de rétention n’a pas déclenché l’alarme prévue, du fait d’un dysfonctionnement de son alimentation électrique. En outre, la pompe de relevage du bac de rétention n’était pas fonctionnelle au moment de l’événement, également pour des raisons d’alimentation électrique.

Compte tenu du remplissage du bac de rétention, l’établissement a immédiatement procédé à la mise en place d’une procédure dégradée de rejet direct à l'émissaire des effluents issus des sanitaires des patients qui avaient reçu une injection de produits radiopharmaceutiques le 15 juin 2018. Il a, par ailleurs, organisé la vidange et le nettoyage complet de la fosse à double compartiment et de son bac de rétention le 18 juin, après une durée de décroissance radioactive de 48 heures. Dans l’attente de la réparation de la fuite du 1er compartiment de la cuve, effective le 22 octobre 2018, l’établissement a procédé à la mise en service d’une pompe de relevage du bac de rétention vers le 2nd compartiment de la fosse, dans l’optique de recueillir les effluents radioactifs transitant de la première cuve dans le bac de rétention, via la fuite.

Cet événement n’a pas eu de conséquence significative en matière de radioprotection des travailleurs, du public et de l’environnement.

En raison de la dégradation de plusieurs dispositifs de sûreté de système de gestion des effluents radioactifs de l’établissement, l’ASN, après analyse de ces défaillances, classe cet événement au niveau 1 de l’échelle INES, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 05/02/2019