Arrêt pour visite décennale du réacteur n°3

Publié le 22/11/2007

Centrale nucléaire de Paluel - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 24/03/2007

Date de redémarrage du réacteur : 18/10/2007

Le réacteur n°3 de la centrale nucléaire de Paluel a été arrêté pour visite décennale du 24 mars au 18 octobre 2007.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire ont été les suivants :

  • visite complète et ré-épreuve décennales après 20 ans de fonctionnement du circuit primaire principal (2ème barrière de confinement), tel qu'exigé par la réglementation. Cette épreuve constitue un test global de résistance, en soumettant ce circuit à une pression supérieure de 20% à sa pression de calcul soit 206 bars relatifs ;
  • test d'étanchéité décennal après 20 ans de fonctionnement de l'enceinte du bâtiment réacteur (3ème barrière de confinement), tel que prévu dans le rapport de sûreté de la centrale. L'intérieur de l'enceinte est soumis à une pression supérieure à la pression prévue en cas d'accident. C'est un test global d'étanchéité et de résistance ;
  • réparation de soupapes de protection des circuits secondaires principaux. Ces soupapes protègent les circuits secondaires principaux contre les surpressions. Depuis plusieurs années, l'exploitant y détecte des fuites sans conséquence pour la sûreté. Un programme de réparation s'étalant sur plusieurs arrêts, proposé par EDF, a été accepté par l'Autorité de sûreté nucléaire ;
  • mise en oeuvre d'un programme d'étude et d'expertise des tubes des quatre générateurs de vapeur. Chaque générateur de vapeur contient plusieurs milliers de tubes qui permettent les échanges de chaleur entre l'eau du circuit primaire et l'eau des circuits secondaires pour la production de la vapeur alimentant la turbine. Au cours de cet arrêt, quelques tubes présentant des signaux d'usure ont été bouchés préventivement ;
  • rechargement du combustible avec un dispositif de manutention modifié. En début d'arrêt, le combustible est entièrement retiré de la cuve pour être entreposé dans le bâtiment combustible. En fin d'arrêt, le combustible, renouvelé en partie, effectue le chemin inverse. Toute la chaîne de manutention du combustible a été modifiée au cours de cet arrêt afin d'améliorer ses performances ainsi que les conditions de son exploitation ;
  • remplacement des filtres des puisards RIS/EAS. Ces puisards placés au niveau bas du bâtiment réacteur, permettent en cas de fuite du circuit primaire de récupérer l'eau et de réalimenter le circuit d'aspersion dans l'enceinte (EAS) et le circuit d'injection de sécurité (RIS).

Pendant cet arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a procédé à 5 inspections dont 4 inopinées. Ces inspections portaient notamment sur :
  • le respect des dispositions de radioprotection et de sécurité sur divers chantiers ;
  • le chantier de remplacement des puisards RIS/EAS ;
  • la préparation de l'épreuve hydraulique du circuit primaire principal ;
  • le respect du zonage incendie ;
  • l'état général du bâtiment réacteur (BR), du bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN) et de la station de pompage.
  • l'examen de l'incident ayant occasionné un transitoire de 3ème catégorie sur le circuit secondaire principal.

L'Autorité de sûreté nucléaire considère que cet arrêt s'est correctement déroulé. Elle a toutefois noté un nombre important d'événements significatifs pour la sûreté et pour la radioprotection.

Après examen des résultats de contrôles et des travaux effectués durant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 22 juin 2007 son accord au redémarrage du réacteur n°3 de la centrale de Paluel.

Suite à des difficultés techniques rencontrées sur l'alternateur du réacteur (partie non nucléaire de l'installation), le réacteur n°3 a redémarré  seulement le 18 octobre 2007.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014