Arrêt pour visite décennale du réacteur n° 2

Publié le 26/08/2005

Centrale nucléaire de Paluel - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 30/04/2005

Date de redémarrage du réacteur : 14/08/2005

Le réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Paluel a été arrêté pour visite décennale du 30 avril au 14 août 2005.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • visite complète et ré-épreuve décennales après 20 ans de fonctionnement du circuit primaire principal (2ème barrière de confinement), tel qu'exigé par la réglementation. Cette épreuve constitue un test global de résistance, en soumettant ce circuit à une pression supérieure de 20 % à sa pression de calcul soit 206 Bars relatifs ; 
  • test d'étanchéité décennal après 20 ans de fonctionnement de l'enceinte du bâtiment réacteur (3ème barrière de confinement), tel que prévu dans le rapport de sûreté de la centrale. L'intérieur de l'enceinte est soumis à une pression supérieure à la pression prévue en cas d'accident. C'est un test global de résistance ;
  • réparation de soupapes de protection des circuits secondaires principaux. Ces soupapes protègent les circuits secondaires principaux contre les surpressions. Depuis plusieurs années, l'exploitant y détecte des fuites que les réparations déjà réalisées n'ont pas permis d'éliminer de façon satisfaisante. Un nouveau programme de réparation s'étalant sur plusieurs arrêts, proposé par EDF, a été accepté par l'ASN. La première mise en oeuvre de ce programme a été menée sur trois soupapes du réacteur n° 2 au cours de cet arrêt ;
  • remplacement de l'échangeur de chaleur dit « régénérateur ». Cet échangeur permet de réchauffer l'eau injectée dans le circuit primaire principal par celle qui en est extraite. Lors de la dernière requalification de cet équipement sous pression en 2002, des fuites avaient été diagnostiquées. EDF s'était alors engagé à le remplacer lors de la visite décennale du éacteur en 2005 et à prendre des mesures particulières d'ici là ; 
  • mise en oeuvre d'un programme d'étude et d'expertise des tubes des quatre générateurs de vapeur. Chaque générateur de vapeur contient plusieurs milliers de tubes qui permettent les échanges de chaleur entre l'eau du circuit primaire et l'eau des circuits secondaires pour la production de la vapeur alimentant la turbine. Au cours de cet arrêt, de nombreux tubes présentant des signaux d'usure ont été bouchés préventivement et quatre tubes du générateur de vapeur n° 2 ont été extraits pour être expertisés afin de mieux connaître les phénomènes d'usure ; 
  • rechargement du combustible avec un dispositif de manutention modifié. En début d'arrêt, le combustible est entièrement retiré de la cuve pour être entreposé dans le bâtiment combustible. En fin d'arrêt, le combustible, renouvelé en partie, effectue le chemin inverse. Toute la chaîne de manutention du combustible a été modifiée au cours de cet arrêt afin d'améliorer ses performances ainsi que les conditions de son exploitation.

Pendant cet arrêt, l'ASN a procédé à huit inspections dont six inopinées. Ces inspections portaient notamment sur :

  • le respect des dispositions de radioprotection sur divers chantiers ;
  • le contrôle du déroulement de la réparation des soupapes de protection des circuits secondaires principaux ;
  • le suivi de la réparation d'un robinet faisant partie du circuit primaire principal ;
  • la vérification des modifications apportées à la machine de chargement en combustible ;
  • le respect des règles applicables pour le rechargement en combustible ;
  • les conditions de remplacement de l'échangeur de chaleur dit « régénérateur » ;
  • le déroulement des contrôles effectués sur la cuve du réacteur ;
  • le respect des dispositions prises pour la réalisation des tests d'étanchéité des générateurs de vapeur ;
  • le déroulement de la rénovation du poste d'évacuation de l'énergie électrique ;
  • e suivi de la métrologie lors de la réalisation des essais de fonctionnement des pompes des circuits de sauvegarde.

A l'exception de difficultés rencontrées lors de la préparation de l'épreuve hydraulique du circuit primaire principal, l'ASN considère que cet arrêt s'est correctement déroulé.

Après examen des résultats de contrôles et des travaux effectués durant l'arrêt, l'ASN a donné le 12 août 2005 son accord au redémarrage du réacteur n° 2 de la centrale de Paluel.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014