Arrêt pour visite décennale du réacteur n° 1

Publié le 02/08/2012

Centrale nucléaire de Golfech - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 24/03/2012

Date de redémarrage du réacteur : 22/07/2012

Le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Golfech a été arrêté pour sa deuxième visite décennale du 24 mars au 22 juillet 2012.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • Epreuve après dix ans de fonctionnement du circuit primaire principal qui comporte notamment la cuve du réacteur ; [1]
  • Epreuve de l’enceinte de confinement du bâtiment réacteur ;
  • Contrôle de la cuve du réacteur à l’aide d’une machine réalisant notamment des contrôles non destructifs ;
  • Visite de maintenance complète des deux groupes électrogènes de secours à moteur diesels.

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a procédé à quatre inspections de chantier. Ces inspections portaient sur des chantiers de maintenance et des interventions de contrôle dans le bâtiment réacteur, le bâtiment des auxiliaires nucléaires et dans la salle des machines.

Par ailleurs, durant l’arrêt, l’ASN a mené une inspection sur le thème de la radioprotection et une inspection sur le thème des équipements sous pressions nucléaires.

Lors de l’épreuve hydraulique du Circuit Primaire Principal (CPP) du réacteur, six inspecteurs de l’ASN ont réalisé simultanément une inspection de l’ensemble des matériels composant le CPP alors que la pression d’eau à l’intérieur de celui-ci était portée à 207 fois la pression atmosphérique. L’épreuve hydraulique ainsi que les résultats de la visite complète du CPP ont été jugés satisfaisants par l’ASN, ce qui a permis de prononcer la requalification du CPP du réacteur n° 1 pour une durée de 10 ans.

Huit événements significatifs pour la sûreté liés aux activités réalisées au cours de cet arrêt ont été déclarés, dont un est classé au niveau « 1 » de l’échelle INES. Par ailleurs, deux événements significatifs concernant la radioprotection et un événement concernant le transport ont été déclarés et classés au niveau « 0 » de l’échelle INES.

L’ASN considère que cet arrêt s’est globalement bien déroulé, en particulier pour ce qui concerne les opérations de requalification du circuit primaire principal et de l’enceinte du bâtiment réacteur.

Concernant la sûreté, l’ASN considère que la centrale doit améliorer le suivi des interventions, qu’il s’agisse de la surveillance des opérations de maintenance ou de la requalification des interventions. En effet, l’ASN a noté des difficultés dans la phase de redémarrage du réacteur liées à des aléas techniques sur des matériels ayant fait l’objet d’actions de maintenance au cours de l’arrêt. Ces difficultés ont été résolues avant le redémarrage du réacteur.

En matière de sécurité du personnel, l’ASN note que le nombre d’accidents avec arrêt reste significatif et que des améliorations sont attendues dans ce domaine.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 18 juillet 2012 son accord au redémarrage pour un cycle du réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Golfech.

D’ici 6 mois, EDF adressera au gouvernement et à l’ASN un rapport comportant les conclusions du réexamen de sûreté de ce réacteur. L’ASN analysera ce rapport et prendra ensuite position sur la poursuite d’exploitation du réacteur n° 1.

Pour en savoir plus :

[1] La réglementation en matière d'équipements sous pression exige que, tous les 10 ans, la chaudière nucléaire fasse l'objet d'une visite complète et d'une requalification incluant une épreuve hydraulique. Cette épreuve consiste à soumettre ce circuit à une pression supérieure de 20 % à sa pression de calcul et constitue un test global de résistance.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014