Arrêt pour visite décennale du réacteur 1

Publié le 20/03/2019

Centrale nucléaire de Flamanville - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 07/04/2018

Date de redémarrage du réacteur : 18/02/2019

Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Flamanville a été arrêté pour sa troisième visite décennale du 7 avril 2018 au 18 février 2019.

Les principaux chantiers et examens réalisés à l’occasion de cet arrêt et contrôlés par l’Autorité de sûreté nucléaire ont été les suivants :

  • le bouchage de tubes des quatre générateurs de vapeur ;
  • la pose d’un revêtement sur l’extrados de l’enceinte externe du bâtiment réacteur et la poursuite de la pose d’un revêtement sur la paroi interne du bâtiment réacteur ;
  • l’épreuve décennale de l’enceinte de confinement du bâtiment réacteur ;
  • la visite complète et l’épreuve hydraulique décennale du circuit primaire principal, associé au contrôle décennal de la cuve du réacteur ;
  • la réalisation de nombreuses modifications matérielles, notamment celles identifiées lors du réexamen périodique afin d’améliorer le niveau de sûreté de l’installation, en prenant en compte les pratiques de sûreté les plus récentes, l’évolution des connaissances et le retour d’expérience national et international ;
  • la maintenance et le contrôle de divers équipements sous pression, matériels et organes de robinetterie ;
  • les essais périodiques décennaux.

Au cours de l’arrêt, vingt-six événements significatifs pour la sûreté ont été déclarés, dont vingt et un classés au niveau 0 de l’échelle INES et cinq au niveau 1. Cinq événements significatifs pour la radioprotection ont été déclarés lors de cet arrêt et classés au niveau 0 de l’échelle INES. Un évènement significatif pour l’environnement a également été déclaré.

En complément des dossiers techniques qu’elle a contrôlés, l’Autorité de sûreté nucléaire a procédé, pendant l’arrêt du réacteur, à treize inspections :

  • deux inspections ont été menées de manière réactive à la suite de deux évènements significatifs ;
  • sept inspections inopinées ont concerné le contrôle des activités planifiées lors de la visite décennale. Ces inspections ont notamment porté sur les conditions et le déroulement des interventions dans le bâtiment réacteur, dans les bâtiments des générateurs diesels de secours, dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires et dans la station de pompage. Ces inspections ont permis d’examiner l’état des installations et les conditions de sûreté et de radioprotection des opérations sur plusieurs chantiers
  • une inspection a eu lieu sur le thème incendie, une autre sur le thème radioprotection et une dernière sur le thème de la gestion des déchets
  • une inspection a été réalisée afin de vérifier les conditions de divergence du réacteur.

L’ASN considère que l’épreuve hydraulique du circuit primaire principal, l’épreuve de l’enceinte du bâtiment réacteur, ainsi que les activités de contrôle de la cuve du réacteur se sont déroulées de façon satisfaisante.

Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Flamanville est soumis à la décision n° 2017-DC-0604 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 15 septembre 2017 prescrivant une revue des dossiers de fabrication de composants installés sur les réacteurs électronucléaires exploités par EDF. Conformément à cette décision, les éléments d’analyse des dossiers de fabrication des pièces fabriquées par Creusot Forge ont été transmis lors de cet arrêt pour rechargement  du réacteur. L’ensemble des écarts a fait l’objet d’une instruction par les services de l’ASN qui n’a pas conduit à remettre en cause la poursuite de fonctionnement des composants installés.

Après examen des résultats des contrôles, des inspections effectuées et des travaux réalisés durant l’arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a donné, le 4 janvier 2019, en application de la décision n° 2014-DC-0444 du 15 juillet 2014, son accord au redémarrage, pour un cycle, du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Flamanville.

Cet arrêt a été marqué par la survenue de plusieurs aléas qui ont entrainé un allongement de l’arrêt, dont la durée initialement prévue était inférieure à 6 mois. Le réacteur 1 a redémarré le 17 janvier 2019. Toutefois des difficultés ont amené l’exploitant à arrêter le réacteur le 6 février 2019, qui a pu à nouveau redémarrer le 15 février 2019. Le réacteur est actuellement toujours en cours de montée en puissance.

D’ici six mois, EDF adressera à l’ASN et au ministre chargé de la sûreté nucléaire un rapport comportant les conclusions du réexamen périodique de ce réacteur. L’ASN analysera par la suite ce rapport et se positionnera sur les conditions de la poursuite de fonctionnement du réacteur.

Date de la dernière mise à jour : 25/03/2019