Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n°2

Publié le 21/02/2013

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 30/11/2012

Date de redémarrage du réacteur : 09/02/2013

Le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a été arrêté pour maintenance et rechargement en combustible du 30 novembre 2012 au 09 février 2013.

Outre le renouvellement d’une partie du combustible et la maintenance programmée, les principales activités réalisées par l’exploitant à l’occasion de cet arrêt ont été les suivantes :

  • le nettoyage renforcé des quatre générateurs de vapeur incluant la réalisation d’examens télévisuels ;
  • l’amélioration des performances de la machine de chargement et de transfert des éléments combustibles ;
  • la diversification des moyens de surveillance du niveau de la bâche du système d’alimentation de secours des générateurs de vapeur (ASG) ;
  • le remplacement de vingt-sept grappes de commande et de vingt-trois ensembles de tiges de commande ;
  • la vérification de la tenue au séisme d’organes de robinetterie et leur remise en conformité le cas échéant.

Six événements significatifs relatifs à la sûreté ont été déclarés à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dont deux ont été classés au niveau 1 de l’échelle INES. Le premier concerne un écart de conformité des ancrages au sol de pompes du circuit de préchauffage des groupes électrogènes de secours. Le second est lié à un non respect de la conduite à tenir à la suite de la défaillance d’une chaîne de mesure de la radioactivité des gaz rejetés à la cheminée du bâtiment des auxiliaires nucléaires. Ces événements n’ont pas eu de conséquence sur le personnel, sur l’environnement et sur la sûreté de l’installation.

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a procédé à trois inspections inopinées. Ces inspections ont notamment permis de contrôler l’application des dispositions de sûreté, de radioprotection et de sécurité des personnes au cours des opérations de nettoyage des générateurs de vapeurs et sur des chantiers de robinetterie, dans le bâtiment réacteur et dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires.

Enfin, deux aléas techniques ont conduit à prolonger la durée de l’arrêt de deux semaines environ :

  • des difficultés rencontrées lors du rechargement du combustible, liées à la spécificité des assemblages combustibles utilisés (gestion du combustible « GALICE » à l’uranium enrichi à 4,5 %) ;
  • la reprise des opérations de remplacement d’un cartouche de joint de l’un des quatre groupes motopompes primaires.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués pendant l’arrêt, l’ASN a donné le 1er février 2013 son accord au redémarrage du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014