Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne)

Publié le 14/06/2007

Centrale nucléaire de Golfech - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 05/05/2007

Date de redémarrage du réacteur : 04/06/2007

Le réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Golfech a été arrêté, pour maintenance et rechargement en combustible, du 5 mai au 4 juin 2007.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • contrôle des tubes d'un des générateurs de vapeur suite à la découverte de corps migrants coté secondaire. Les réacteurs à eau sous pression de 1300MWe comportent quatre générateurs de vapeur. Un générateur de vapeur est un échangeur thermique entre l'eau du circuit primaire, portée à haute température et pression élevée dans le coeur du réacteur, et l'eau du circuit secondaire, qui se transforme en vapeur et alimente la turbine. Il comporte plusieurs milliers de tubes en forme de U ;

 

  • contrôle des tirants antisismiques de maintien des équipements de couvercle de cuve. Ces tirants ont pour rôle de maintenir les équipements du couvercle de cuve en cas de séisme. Un déréglage pourrait entraîner l'apparition de jeux préjudiciables en cas de séisme ;

 

  • remplacement d'une chaîne neutronique de mesure de la puissance du réacteur.

Pendant cet arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a procédé à 2 inspections de chantiers qui portaient sur :

  • le déchargement du coeur en combustible,
  • le remplacement d'une chaîne neutronique,
  • la réfection de la peau composite du bâtiment réacteur,
  • le respect des dispositions de radioprotection et des procédures d'intervention sur divers chantiers, en zone contrôlée et en dehors.

 Deux inspections réactives ont également eu lieu sur les thèmes de la radioprotection et des spécifications techniques d'exploitation.

Outre les chantiers évoqués précédemment, l'Autorité de sûreté nucléaire retient essentiellement de cet arrêt les différents aléas techniques et organisationnels rencontrés par EDF qui ont conduit à un dépassement de la durée initialement prévue sans conséquence pour la sûreté. Ces aléas concernent principalement une mauvaise organisation dans l'enchaînement de certaines activités, ainsi qu'une propreté radiologique dégradée en fin d'arrêt. Il a été demandé à EDF de tirer les enseignements des difficultés rencontrées pour éviter qu'elles ne se reproduisent.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 30 mai 2007 son accord au redémarrage du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Golfech.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014