Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne)

Publié le 13/09/2011

Centrale nucléaire de Golfech - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 19/06/2011

Date de redémarrage du réacteur : 22/08/2011

Le réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Golfech a été arrêté, pour maintenance et rechargement en combustible, du 19 juin au 22 août 2011.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • La maintenance des sondes de température situées sur le circuit primaire du réacteur et destinées à assurer la protection et la régulation du cœur du réacteur ;
  • L’examen des cloisons métalliques situées en partie basse à l’intérieur des générateurs de vapeur n° 2 et 3 ;
  • Le contrôle et le bouchage de quatre tubes du générateur de vapeur n° 3, après la découverte d’un corps étranger dans sa partie secondaire ;
  • De nombreux travaux de maintenance sur les circuits et leurs équipements.

Un événement significatif pour la radioprotection et neuf événements significatifs pour la sûreté ont été déclarés au cours de cet arrêt, dont deux ont été classés au niveau 1 de l’échelle INES. Ils concernent, d’une part l’absence de fermeture pendant 5 jours d’une traversée de l’enceinte de confinement du bâtiment réacteur et, d’autre part, une anomalie relative au comportement de quatre vannes en cas de séisme.

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a procédé à trois journées d’inspection de chantier. Ces inspections portaient sur des chantiers de maintenance et des interventions de contrôle dans le bâtiment réacteur et dans la salle des machines,

En outre, une inspection a été réalisée sur le thème des interventions en zone contrôlée.

Deux principaux aléas techniques ont conduit à prolonger la durée de l’arrêt de trois semaines afin de procéder aux réparations nécessaires. Il s’agissait d’une fuite sur une vanne du circuit primaire ainsi que du branchement défaillant de certains capteurs de position des grappes de commande du cœur du réacteur. L’ASN considère que cet arrêt s’est globalement bien déroulé au plan de la radioprotection et de la sécurité au travail ; toutefois certaines dispositions de prévention sont encore perfectibles. En ce qui concerne la sûreté nucléaire, l’Autorité de sûreté note un manque de rigueur lors de certaines opérations de conduite et lors de la préparation d’interventions de maintenance.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 16 août 2011 son accord au redémarrage du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Golfech.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014