Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne)

Publié le 28/04/2010

Centrale nucléaire de Golfech - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 06/03/2010

Date de redémarrage du réacteur : 23/03/2010

Le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Golfech a été arrêté, pour maintenance et rechargement en combustible, du 6 mars au 23 avril 2010.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • Le remplacement de 3 des 4 couples de chaînes de mesure destinées à assurer la surveillance du flux de neutrons émis par le cœur du réacteur lors des phases de démarrage et de mise à l’arrêt ;
  • La mise en œuvre de nouvelles mesures de surveillance lors des opérations de déchargement et de rechargement du combustible afin de prévenir le risque d’accrochage des assemblages de combustible ;
  • Le contrôle, pour tous les relais électromécaniques des armoires de contrôle-commande et des tableaux électriques, de la présence de leur dispositif de maintien en cas de séisme ;
  • Le contrôle de la conformité du montage des tuyauteries des aéroréfrigérants des groupes électrogènes de secours à moteur diesel.

Un événement significatif pour la sûreté a été classé au niveau 1 de l’échelle INES lors de cet arrêt. Il concerne une sortie du domaine de fonctionnement autorisé pour la pression et la température du circuit primaire lors de la mise à l’arrêt du réacteur. Lire l’avis d’incident

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a procédé à deux journées d’inspection de chantier. Ces inspections portaient sur des chantiers de maintenance et des interventions de contrôle dans le bâtiment réacteur et dans la salle des machines.

En outre, une inspection a été réalisée sur le thème de la première barrière de confinement des matières nucléaires. Consulter la lettre de suite d’inspection

De nombreux aléas techniques ont conduit à prolonger la durée de l’arrêt de près de trois semaines. L’ASN considère que cet arrêt s’est globalement bien déroulé au plan de la radioprotection et de la sécurité au travail. En ce qui concerne la sûreté nucléaire, plusieurs manques de rigueur lors des opérations de conduite et lors de la préparation d’interventions de maintenance ont été mis en évidence. Par ailleurs, un assemblage combustible présentant des défauts d’étanchéité a été déchargé. Cet assemblage fera l’objet d’un programme de contrôles dont les résultats seront transmis à l’ASN.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 16 avril 2010 son accord au redémarrage du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Golfech.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014