Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Golfech

Publié le 03/07/2008

Centrale nucléaire de Golfech - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 05/04/2008

Date de redémarrage du réacteur : 12/05/2008

Le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Golfech a été arrêté, pour maintenance et rechargement en combustible, du 5 avril au 12 juin 2008.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • La requalification complète des 4 boucles du circuit secondaire principal. La réglementation en matière d'équipements sous pression demande que, tous les 10 ans, ces appareils soient contrôlés avec notamment une épreuve hydraulique. Cette épreuve consiste à soumettre ce circuit à une pression supérieure de 20% à sa pression de calcul et constitue un test global de résistance ;
  • Le contrôle des tubes des générateurs de vapeur, qui a entraîné le bouchage de 17 tubes présentant des signes d'usure ;
  • Le remplacement des filtres et puisards des système d'injection de sécurité et d'aspersion de secours de l'enceinte (1) par des filtres de conception nouvelle ;
  • Le remplacement d'une partie du circuit d'alimentation en eau des générateurs de vapeur, suite à la découverte de sous-épaisseurs non prévues sur certaines tuyauteries.

 

Pendant cet arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a procédé à 3 inspections de chantier. Ces inspections portaient sur des chantiers de maintenance et des interventions de contrôle dans le bâtiment réacteur et dans la salle des machines, Consulter la lettre de suite d'inspection

En outre, une inspection a été réalisée sur le thème de la radioprotection lors des interventions en zone nucléaire, Consulter la lettre de suite d'inspection

L'Autorité de sûreté nucléaire considère que cet arrêt s'est déroulé dans de bonnes conditions de sûreté et de radioprotection, malgré des aléas liés notamment au contrôle des tubes de générateurs de vapeur et à la découverte de sous-épaisseurs sur le circuit d'alimentation en eau des générateurs de vapeur.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 5 juin 2008 son accord au redémarrage du réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Golfech.

 

(1) Le circuit d'injection d'eau de sécurité (RIS) permet, en cas d'accident comme par exemple une fuite importante du circuit primaire du réacteur, d'introduire dans ce circuit de l'eau borée afin d'étouffer la réaction nucléaire et d'assurer le refroidissement du coeur. Le circuit d'aspersion de l'enceinte (EAS) pulvérise, en cas d'accident, de l'eau contenant de la soude dans l'enceinte du réacteur afin d'en diminuer la pression et la température, et d'éliminer l'iode radioactif. Les puisards RIS-EAS permettent de récupérer l'eau issue d'une fuite du circuit primaire pour la ré-injecter dans ce circuit ou de la pulvériser dans l'enceinte.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014