Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur 1

Publié le 15/12/2017

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 23/09/2017

Date de redémarrage du réacteur : 26/11/2017

Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a été arrêté pour maintenance et rechargement en combustible du 23 septembre au 26 novembre 2017.

Outre le renouvellement d’une partie du combustible et la maintenance programmée des installations, les principales activités réalisées par l’exploitant à l’occasion de cet arrêt ont été les suivantes :

  • Travaux visant à renforcer la tenue sismique de tuyauteries des systèmes d’alimentation en eau du réseau de protection contre l’incendie ;
  • Remplacement des cannes chauffantes du pressuriseur (1);
  • Remplacement de tubes guides des grappes de contrôle du réacteur (2);
  • Maintenance et contrôle de divers matériels et organes de robinetterie.

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a procédé à trois journées d’inspection inopinée qui ont notamment permis de contrôler l’application des règles de sûreté et de sécurité des personnes lors des chantiers de maintenance. Trois autres inspections ont eu lieu concernant les organes de robinetterie, le suivi en service des équipements sous pression nucléaires et la radioprotection.

Cinq événements significatifs relatifs à la sûreté ont été déclarés à l’ASN dont un a été classé au niveau 1 de l’échelle INES. Celui-ci concerne le non-respect des règles générales d’exploitation à la suite de l’indisponibilité des alimentations électriques externes. Par ailleurs, deux événements significatifs relatifs à la radioprotection ont été déclarés à l’ASN.

L’ASN considère que les activités de maintenance se sont correctement déroulées.

Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine est soumis à la décision n° 2017-DC-0604 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 15 septembre 2017 prescrivant une revue des dossiers de fabrication de composants installés sur les réacteurs électronucléaires exploités par EDF.

Conformément à cette décision, les éléments d’analyse des dossiers de fabrication des pièces fabriquées par Creusot Forge ont été transmis lors de cet arrêt pour rechargement  du réacteur. Ces éléments ont fait l’objet d’une instruction par les services de l’ASN qui n’a pas conduit à remettre en cause la poursuite de fonctionnement des équipements concernés.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués pendant l’arrêt, l’ASN a donné le 22 novembre 2017 son accord au redémarrage du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine.

 

[1] Le pressuriseur est un gros composant forgé qui mesure 14 m de haut et pèse plus de 140 tonnes à vide. Le pressuriseur est un réservoir de forme cylindrique, dont la fonction est de réguler la pression du circuit primaire. En fonctionnement normal, il contient de l'eau en phase liquide et en phase vapeur. Lors du démarrage du réacteur, il est rempli en eau sous forme liquide. La vaporisation d'une partie de cette eau est obtenue par la mise en service de résistances électriques de chauffage, appelées cannes chauffantes.

[2] Un des deux moyens de contrôler la réaction nucléaire dans le cœur du réacteur est d’introduire les grappes de commande dans le cœur ou les en retirer, ces grappes de commande contiennent des matériaux absorbant les neutrons. II convient, en marche normale du réacteur, de maintenir certaines grappes à un niveau suffisant, fixé par les spécifications techniques, d'une part pour que leur chute puisse étouffer efficacement la réaction nucléaire en cas d'arrêt d'urgence, d'autre part pour assurer une bonne répartition du flux de neutrons.

Date de la dernière mise à jour : 15/12/2017