Arrêt pour maintenance et rechargement du réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritime)

Publié le 23/11/2010

Centrale nucléaire de Paluel - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 14/08/2010

Date de redémarrage du réacteur : 13/11/2010

Le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Paluel a été arrêté pour maintenance et rechargement du combustible du 14 août au 13 novembre 2010.

Les principaux chantiers réalisés à l’occasion de cet arrêt et contrôlés par l’Autorité de sûreté nucléaire ont été les suivants :

  • Requalification périodique des Circuits Secondaires Principaux (CSP) du réacteur avec la réalisation d’une visite complète des circuits consistant en un programme de contrôles et de remplacement d’organes de robinetterie et de tuyauteries, une épreuve hydraulique décennale après vingt ans de fonctionnement des CSP et un examen des dispositifs de sécurité des circuits. L’épreuve constitue un test global de résistance, en soumettant ces circuits à une pression supérieure de 20 % à sa pression de calcul soit 106 bars relatifs. A l’occasion des contrôles réalisés dans le cadre de la requalification périodique des CSP, un défaut a été détecté sur une soudure d’un générateur de vapeur. Le défaut a été éliminé lors de cet arrêt.

  • Réparation de plusieurs soupapes de protection du CSP. Les soupapes protègent le CSP contre les surpressions. Depuis plusieurs années, l’exploitant y détecte des fuites sans conséquence pour la sûreté. Toutefois, un programme de contrôle et de réparation proposé par l’exploitant et s’étalant sur plusieurs arrêts a été accepté par l’Autorité de sûreté nucléaire ;

  • Rechargement du combustible. En début d’arrêt, le combustible est entièrement retiré de la cuve pour être entreposé dans le bâtiment combustible. En fin d’arrêt, le combustible, renouvelé en partie, effectue le chemin inverse ;

  • Mise en œuvre d’un programme d’expertise des tubes des quatre générateurs de vapeur. Chaque générateur de vapeur contient plusieurs milliers de tubes qui permettent les échanges de chaleur entre l’eau du circuit primaire et l’eau du circuit secondaire pour la production de la vapeur alimentant la turbine. Ce programme a été complété par la réalisation de contrôles sur des tubes bouchés à la fabrication dans le cadre du retour d’expérience d’une anomalie détectée à Flamanville. Au regard des résultats obtenus et du retour d’expérience accumulé sur les autres réacteurs du parc, 14 bouchages préventifs de tubes ont été réalisés ;

  • Réparation du plan de pose des équipements internes inférieurs de la cuve. La cuve du réacteur nucléaire renferme des équipements internes qui sont destinés à assurer le support et le maintien des assemblages combustibles à l'intérieur de la cuve. Un défaut avait été détecté en 2006 sur la surface de pose des équipements internes inférieurs de la cuve et avait fait l’objet de justifications dans l’attente du développement d’un procédé de réparation. Le procédé a été mis en œuvre avec succès lors de cet arrêt, le défaut a été éliminé ;

  • Dans le cadre de la prise en compte du retour d’expérience du parc des réacteurs, réalisation d’un programme d’essais de fonctionnement des pompes du système d’alimentation de secours des générateurs de vapeur et analyse du phénomène vibratoire observé dans certaines configurations d’injection. Ces essais ont permis de constater que Paluel était également concerné par ce phénomène. Des mesures compensatoires ont été mises en œuvre dans l’attente d’un traitement définitif.

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a procédé à trois inspections inopinées. Ces inspections portaient notamment sur :

  • les conditions d’intervention et le déroulement de certains chantiers situés dans le bâtiment réacteur (BR), dans le bâtiment combustible (BK) et sur les tuyauteries d’évacuation de la vapeur ;

  • les opérations de déchargement du combustible ;

  • le respect des dispositions de radioprotection et de sécurité sur différents chantiers ;

  • l’état général des installations.

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a également procédé à deux inspections portant sur la réalisation des épreuves hydrauliques et les opérations de rechargement du combustible.

L’Autorité de sûreté nucléaire considère que cet arrêt s’est correctement déroulé.

Après examen des résultats de contrôles et des travaux effectués durant l’arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a donné le 29 octobre 2010, son accord au redémarrage du réacteur n° 1 de la centrale de Paluel.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014