Arrêt pour maintenance et rechargement du réacteur n°1

Publié le 30/01/2008

Centrale nucléaire de Paluel - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Date de l'arrêt du réacteur : 13/10/2007

Date de redémarrage du réacteur : 23/01/2008

Le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Paluel a été arrêté pour maintenance et rechargement du 13 octobre 2007 au 23 janvier 2008.
Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire ont été les suivants :
  • remplacement du couvercle de la cuve du réacteur ;
  • inspection télévisuelle de la plaque tubulaire côté circuit secondaire des générateurs de vapeur, visant à évaluer son niveau de colmatage ;
  • réparation de soupapes de protection contre les surpressions des circuits secondaires principaux. Depuis plusieurs années, l'exploitant y détecte des fuites sans conséquence pour la sûreté. Toutefois, un programme de réparation s'étalant sur plusieurs arrêts, proposé par EDF, a été accepté par l'Autorité de sûreté nucléaire ;
  • mise en oeuvre d'un programme d'étude et d'expertise des tubes des quatre générateurs de vapeur. Chaque générateur de vapeur contient plusieurs milliers de tubes qui permettent les échanges de chaleur entre l'eau du circuit primaire et l'eau des circuits secondaires pour la production de la vapeur alimentant la turbine. Au cours de cet arrêt, quelques tubes ont été bouchés préventivement ;
  • remplacement des filtres des puisards RIS/EAS. Ces puisards placés au niveau bas du bâtiment réacteur, permettent en cas de fuite du circuit primaire de récupérer l'eau et de réalimenter le circuit d'aspersion dans l'enceinte (EAS) et le circuit d'injection de sécurité (RIS).
Un événement significatif pour la radioprotection a été classé au niveau 0 de l'échelle INES. Cet événement concerne l'inondation des locaux du BEAS (bâtiment électrique et auxiliaires de sauvegarde) lors d'une opération de remplissage d'un circuit.

Cet événement, sans conséquence pour les personnes et sans impact sur la sûreté de l'installation, a conduit à la contamination de locaux du réacteur et à la dégradation de matériels du circuit RIS et EAS.

Le matériel impacté par l'inondation a été rendu à nouveau opérationnel pendant l'arrêt. Consulter l'avis d'incident




Pendant cet arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a procédé à 5 inspections inopinées. Ces inspections portaient notamment sur :
  • le chantier de déséquipement du couvercle de cuve usagé ;
  • le respect des dispositions de radioprotection et de sécurité sur divers chantiers ;
  • le chantier de remplacement des puisards RIS/EAS ;
  • le chantier de maintenance des pompes primaires ;
  • les conditions d'entreposage temporaire du couvercle de cuve usagé sur le site ;
  • l'état général du bâtiment réacteur (BR) et du bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN) ;
  • le chantier de remplacement d'un tronçon de tuyauterie du circuit RIS.


Une de ces inspections est une inspection réactive qui s'est déroulée suite à l'inondation des locaux du BEAS dans la nuit du 6 au 7 novembre 2007.
Consulter la lettre de suite d'inspection



L'Autorité de sûreté nucléaire considère que, hormis l'inondation de locaux, cet arrêt s'est correctement déroulé. Elle a toutefois noté des écarts sur les conditions d'accès aux zones potentiellement contaminées.

En ce qui concerne plus précisément l'événement lié à l'inondation de locaux du BEAS, l'ASN souligne l'organisation non suffisamment rigoureuse mise en place sur le site. Il a été demandé à l'exploitant de tirer les enseignements des difficultés rencontrées pour éviter qu'elles ne se reproduisent.

Après examen des résultats de contrôles et des travaux effectués pendant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 7 janvier 2008 son accord au redémarrage du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Paluel.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014